Publicité

The Moorings : l'album Unbowed

The Moorings forment un quintet ultra énergique, réputé pour exécuter avec brio un folk celtic mélangé à du rock énergique. Depuis 2011, le groupe est fidèle aux thèmes du répertoire populaire anglo-saxon et a été choisi à plusieurs reprises pour partager l'affiche avec les plus respectés du genre, tels que The Dubliners (La Cigale), The Pogues (à l'Olympia) ou même Dropkick Murphys (Rock im Ring Festival).

The Moorings

A propos de The Moorings

C'est la première fois que ce groupe alsacien de celtic/punk essaie d'amplifier son auditoire en France. Il est bien connu du cercle d'initiés mais aussi de nombreux promoteurs qui savent que le public trouvera son compte dans les prestations scéniques du groupe. Toutefois, The Moorings sera toujours bien présent dans d'autres pays d'Europe notamment en Allemagne ou le groupe est actuellement en tournée et ou cet album reçoit un accueil fantastique.

Leur attirance pour la musique traditionnelle irlandaise et le punk se révèle à travers Pints & Glory, premier EP du groupe sorti le 17 octobre 2011. Un mini album live La Cigale Unplugged voit le jour en 2013. Le EP Nicky's Detox, publié en 2014, fait la part belle à des titres en français. Leur nouvel album Unbowed, réalisé au printemps 2017, affirme un style propre à la formation, et séduit autant par la qualité de sa production que par la finesse d’écriture des 12 titres qui le composent. Des chansons originales majoritairement en anglais mêlent des ambiances punk marquées rappelant The Sex Pistols (Another Drinking Wound, Ice Cold Jar Of Whiskey…), à des ballades à l’esprit traditionnel (Posy of Lily, The Mariner I Used To Be), et des morceaux au discours engagé (Captain Watson’s Gang, Mutins).

Interview

Comment c'est formé le groupe ?
Nicky Sickboy : le groupe s’est formé sous l’impulsion de Denis notre chanteur qui jouait et chantait de vieux trad anglais et irlandais depuis plusieurs années. L’idée était de personnaliser la démarche en composant nos chansons pour donner au groupe une identité propre !

L'Irlande est ancrée en vous. Qu'est ce qui vous passionne dans la musique celte et pourquoi y rajouter du punk ?
Ce qui nous passionne c’est le punk rock ! L’élément celtique est venu après. Mais ce qui pour moi est attrayant dans cette musique c’est le mélange ‘d’instruments rock’ (guitare électrique, batterie) et d’instruments plus anciens tel que le violon, le banjo dans notre cas, mais aussi la mandoline ou l’accordéon. Cela élargit les sonorités et rend le Rock plus abordable aux non initiés de part cette teinte celtique.

Pouvez-vous nous présenter votre album Unbowed ?
Unbowed est notre 1er disque. On y retrouve des chansons en anglais bien sûr, mais également en français. Il contient des chansons à boire, des morceaux plus calmes et plus émotifs, un instrumental et des parties plus rock. Il y figure aussi Amsterdam de Jacques Brel en version Moorings ! C’est un disque où chaque chanson à un univers à elle et je trouve que c’est important quand on écoute un album. Si tout les morceaux se confondent c’est moins appréciable.

N'est ce pas trop difficile de créer de la musique quand on est 5 dans un groupe ? Ou à la longue ça a été fluide pour Unbowed ?
Il me semble que le nombre de musicien n’a rien à voir avec le fait d’écrire de la musique. Ce qu’il faut c’est de l’inspiration, des choses à dire et des mélodies à chanter ! Après ça, le reste vient tout seul ! Généralement c’est moi et Denis qui écrivons les bases des chansons, puis on se retrouve au local de répète pour les mettre en forme à 5.

Parlez nous du titre Ice cold Jar of whisky
C’est une chanson à boire de la plus pure tradition me semble t’il. De celles qui font l’apologie de l’alcool comme réponse à tous les maux sur un tempo rapide et un beat dansant. C’est tout simple, ça n’est pas de la haute philosophie ! C’est une chanson qu’on avait écrite depuis longtemps, mais j’ai toujours plaisir à la jouer !

Pourquoi avoir décidé de reprendre le titre Amsterdam de Jacques Brel ?
On trouve que le thème de la chanson correspond parfaitement à l’univers des Moorings et au genre de texte qu’on aime bien. Alors pourquoi pas ! Et puis le résultat est plutôt pas mal, non ?

Comment expliquez-vous que le succès de la musique celtique (on pense aux Celtic Legends par exemple) et de ses variantes soit toujours aussi populaire ?
Je pense que c’est une musique de 7 à 77 ans. C’est simple, dansant, énergique et ça raconte les histoires de Monsieur tout le monde. Donc je pense que le public se laisse facilement embarquer !

Vous faites actuellement une tournée en Europe. Quelle est l'ambiance sur scène ? Est ce que le public vous accueille différemment selon les pays ?
Le public nous accueille différemment selon l’heure à laquelle on monte sur scène ! Sur les quelques pays où nous avons eu l’occasion de jouer les faibles écarts culturels ne permettent pas de laisser voir de différence. Le plus dépaysant pour moi a été la Hongrie. Les gens y semblent moins blasés et plus enthousiastes. En Europe de l’Ouest, il y a des concerts partout, tous le temps depuis très longtemps alors les réactions sont plus contenues.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite des évènements ? Que vous soyez "Invincible", comme le dernier titre de votre album ?
J’espère que l’aventure va continuer à s’écrire… peut être en allant visiter de nouvelles contrées. Sinon d’autres disques, davantage de concerts et une grosse dose de camaraderie !!!

Un dernier mot pour conclure ?
Hé bien je tiens à vous remercier pour votre soutien ainsi que celui de fans et amis qui se déplacent assidûment à nos concerts.

Merci au groupe The Moorings d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez les également sur Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire