Publicité

Système D prépare son EP Les mots sur le papier

L'ensemble vocal Système D prépare son EP Les mots sur le papier avec le soutien des internautes. Le groupe interprète des chansons dont les textes poétiques originaux s’acoquinent avec des harmonies suaves, colorées et puissantes.

Système D (crédit Alexis Joguet)

Crédit visuel : Alexis Joguet

Est-il possible d'en savoir plus sur l'ensemble vocal Système D ? Comment vous êtes vous rencontrés ?
En 2015, 7 amis issus du Choeur Mikrokosmos décident de créer un nouveau projet musical (Marion Sarrazin, Marine Delagarde, Anne Le Goff, Antonin Alloncle, Fabrice Foison, François Martin et Christophe Bonneau). C'est ainsi que naît Système D, ensemble vocal a cappella. Après un premier concert en mars 2016 avec des reprises de groupes a cappella tels que The Real Group ou Rajaton, Christophe Bonneau quitte l'ensemble. Système D devient alors un sextet. Puis en 2017, Fabrice Foison et Antonin Alloncle quittent également le groupe et se font remplacer par Christophe Gires et Guillaume Palissy (que nous ne connaissions ni d'Ève ni d'Adam et que nous avons auditionné après avoir passé une annonce sur diverses plateformes). Aujourd'hui, le groupe est donc composé de : Marion Sarrazin (soprano), Marine Delagarde (mezzo-soprano), Anne Le Goff (alto), Christophe Gires (ténor), Guillaume Palissy (baryton) et François Martin (basse).

Pouvez-vous nous présenter votre EP Les mots sur le papier ?
L'EP Les mots sur le papier verra le jour d'ici avril 2019. C'est notre tout premier disque. Il comportera 6 titres entièrement écrits et composés par nous et on pourra trouver dans la pochette un livret contenant les paroles de nos chansons.

Quelle importance accordez-vous à la poésie et à l'harmonie de vos chansons ?
Ces deux aspects artistiques sont un peu les bases de notre musique. Nous chantons à 6 voix, donc l'harmonie dans nos chansons est souvent riche et souvent avec des “couleurs jazz”. (Un accord à 6 notes différentes, on peut vraiment dire que c'est un accord riche !). Quant à la poésie, depuis que nous écrivons nos textes (d'ailleurs pour l'instant tous écrit par Anne Le Goff, notre alto) nous accordons de l'importance à le beauté des mots, d'autant plus que nous écrivons en français. Nous trouvons cela important de faire entendre de beaux textes en français (ce qui se perd de nos jours dans la chanson).

Peut-on en savoir plus sur la façon dont vous travaillez les textes au niveau du collectif et faire des titres qui plaisent vocalement à l'ensemble du groupe ?
Les textes sont pour l'instant tous écrits par Anne Le Goff. Les autres chanteurs n'y ont pas “touché” car ils nous plaisent et nous parlent à tous. Quant à la musique, Anne a écrit la plupart des notes. Il y a quelques exceptions comme Ça allait arriver dont la musique a été composée par Marine Delagarde, ou Si tu espères dont la mélodie a été écrite par Marion Sarrazin et dont l'arrangement a été fait par François Martin. Il arrive aussi souvent qu'en travaillant les morceaux nous faisions quelques changements musicaux ensemble en en discutant et en faisant des essais en direct avant de corriger les partitions.

Comment abordez-vous l'approche des enregistrements en studio ?
Nous avons déjà l'expérience de l'enregistrement de 5 titres “maquette” datant de 2017, et la plupart d'entre nous a déjà enregistré pour d'autres groupes. Donc nous savons en gros à quoi nous attendre même si nous enregistrons dans un nouvel endroit et avec un nouvel ingé son. Nous avons déjà enregistré 3 des titres de notre EP en octobre et nous enregistrerons les 3 autres les 26 et 27 janvier. Nous nous sommes réservé un weekend pour retravailler ces 3 titres avant l'enregistrement afin d'être parfaitement prêts et ne pas faire trop de prises à cause de petites erreurs (ce qui serait fatiguant vocalement).

Parlez nous du titre Si tu espères...
Ce titre est le premier (et pour l'instant le seul) a être né d'une complètement collaboration entre 3 des membres du groupe. Anne a écrit le texte, Marion a écrit une mélodie sur ce texte, puis François a écrit des harmonies sous cette mélodie et a arrangé tout le morceaux pour 6. C'est un morceau dans l'esprit des chansons traditionnelles ou “musiques trad.”, c'est à dire que la mélodie est courte et se répète avec à chaque fois de nouvelles paroles. Le “petit + Système D”, c'est que pour accompagner cette mélodie répétitive, les harmonies en dessous changent constamment. Cela donne finalement l'impression que la mélodie elle-même change...

En quoi le financement participatif va-t-il vous aider ?
Sortir un disque (et surtout un beau disque), ça coûte cher. Et comme notre association ne perçoit pas encore de subventions, nous n'avons actuellement pas le budget nécessaire à la création d'un EP. C'est pour cela que nous avons décidé de lancer un financement participatif sur Ulule.com. Évidemment, chaque contributeur reçoit une contrepartie en fonction de la somme qu'il/elle choisit de donner.

Vous pouvez soutenir l'EP Les mots sur le papier de Système D sur Ulule.

 

Quand le groupe s'appelle Système D, du coup c'est vraiment le système D pour sortir un projet quand on est indépendant ? Quelles sont vos principales difficultés ?
Effectivement, on fait tout “comme on peut”, avec les moyens du bord. Nous rencontrons diverses difficultés dans le groupe. Tout d'abord, nous habitons dans 6 villes différentes (Tours, Paris, Nantes, Auxerre, Dreux, Beauvais), donc chaque répétition ou concert nécessite beaucoup de logistique, d'organisation, de temps et de frais. La deuxième difficulté est liée au fait que notre association ne perçoit pas de subventions, donc nous devons parfois freiner nos envies de projets trop coûteux (par exemple, faire un concours en Finlande). Enfin, nous n'avons ni administrateur ni diffuseur ni chargé de communication (problème toujours lié à notre manque de budget) donc nous devons absolument tout faire nous-même.

Je crois qu'il y aura des collaborations artistiques, notamment avec le groupe Slixs : c'est important cette notion de partage ?
Pour l'instant aucune collaboration artistique n'est prévue (et nous le regrettons), mais nous avons effectivement travaillé avec un des membres du groupe allemand Slixs en 2015. Grâce au CEPRAVOI, Michael Eimann est venu en France pour nous faire travailler quelques morceaux dont un qu'il a écrit pour nous sur un texte d'Arthur Rimbaud, Le dormeur du val. Nous avons également eu la chance (encore grâce au CEPRAVOI) de travailler avec Ahti Paunu, chanteur dans Rajaton (groupe finlandais).

J'aimerai revenir un instant sur le titre Je suis la Seine qui rend hommage aux victimes des attentats. Comment avez-vous vécu et abordé ces évènements au sein du collectif ?
Le morceau a été écrit par Anne peu après les événements parisiens de 2016. Comme nous vivons loin les uns des autres, chacun a vécu ces événements à sa manière. Mais quand Anne nous a proposé son morceau, il nous a tout de suite plu et nous est très vite rentré dans la tête. Son refrain ne s'oublie pas.

Vous insérerez un livret contenant les paroles de vos textes, en quoi est-ce important de prolonger votre disque par ce fascicule ?
Les textes d'Anne sont en français et sous forme de poésie moderne. Tout l'EP est concentré sur cette notion que le texte a une grand importance, qu'il faut l'écouter, le lire, le comprendre. Il paraissait donc évident de joindre au disque un beau livret avec les paroles de chaque morceau.

Parlez-nous de l'ambiance visuelle que vous souhaitez créer sur l'EP et pourquoi choisir une ambiance "nature" ?
Les photos promotionnelles que nous avons faites faire de notre groupe par un professionnel ont jusqu'à présent été très colorées et un peu humoristiques ou décalées. Ce choix avait été fait en fonction de l'ambiance scénique globale de notre spectacle et de l'ensemble des morceaux que nous chantons. Car nous ne chantons pas que nos compositions, nous chantons aussi des arrangements et des reprises, et certains morceaux sont mis en scène et sont amusants. D'où le côté fun et coloré de nos photos promotionnelles.
Pour l'EP, qui ne contient que nos compositions, l'ambiance devait être un peu différente et se démarquer. Nous nous dirigeons donc vers une ambiance poétique, naturelle, mystérieuse. Les photos seront prises en forêt avec quelques accessoires...

Aurez-vous l'occasion de défendre prochainement Les mots sur le papier lors de concert ?
Notre prochain concert sera vendredi 11 janvier à Saint-Cyr-sur-Loire au bar Le Luce à 20h30. Nous y chanterons évidemment les titres de note EP, mais aussi le reste de notre répertoire. L'entrée est libre (sous réserve de consommer un minimum) et le public pour s'il le souhaite acheter en pré-vente le disque.

Vous êtes tous diplômés de conservatoire en chant et formation musicale ; qu'est ce qui vous motive à partager votre expérience lors d'ateliers ?
Nous avons tous un parcours dit de “musicien classique”. C'est un terme que nous n'apprécions pas tous, mais en gros, cela veut dire que nous savons tous lire et écrire la musique. Nous avons aussi tous donné des cours de chant, instrument, formation musicale, ou même dirigé des chorales. Toutes ces expériences pédagogiques ajoutées à nos nombreuses expériences professionnelles sur scène nous permettent de pouvoir proposer des ateliers vocaux à tous types de personnes (chanteurs amateurs, simples mélomanes, enfants, adultes, personnes handicapées). Nous nous adaptons aux besoins et demandes de chacun, tout gardant comme file conducteur : la voix.

Que souhaitez-vous dire pour terminer et qu'attendez vous de l'année 2019 ?
Pour l'instant, nous espérons pouvoir financer pleinement notre disque via Ulule ou autres dons à l'association. Ensuite, nous espérons trouver vite de plus en plus de concerts pour Système D cette année et pour les années à venir. Pour cela, nous aimerions trouver un chargé de diffusion et avoir des subventions pour le rémunérer justement. On croise les doigts pour 2019 !

Merci à l'ensemble Système D d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le groupe sur Facebook.

interview Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire