Publicité

Sur le fil : un festival pour échanger sur la langue des signes

Le festival Sur le fil qui se tiendra en novembre à Marseille est l'occasion d'échanger sur la langue des signes.

C'est un évènement culturel qui vous permettra de découvrir des spectacles et des animations (ateliers...) sous un autre angle, parfois inédit pour certains.
Ce sera aussi un moment d'échanges important entre sourds et entendants et de mieux comprendre l'univers des personnes mal-entendantes.

Le festival est organisé par le théâtre Le Parvis des arts. Nous vous invitons à le découvrir avec Marie Bonnin, chargée des relations avec le public.

- Tous les ans vous organisez un festival, baptisé Sur le fil quel est sa particularité ?

Le théâtre le Parvis des Arts propose la 7ème édition du festival Sur le Fil.
Depuis 2008, cette manifestation pluri-culturelle, unique à Marseille et dans la région PACA, rassemble chaque année un public mixte : personnes sourdes, malentendantes et entendants, maitrisant la langue des signes française (LSF) ou curieux de la découvrir.
Durant 3 jours en novembre, la création artistique en langue des signes est mise à l’honneur à travers une programmation de spectacles vivants bilingues (français-LSF) ou visuels, accessible à tous, placée sous le signe de l’échange, de la diversité culturelle et de la transversalité des pratiques artistiques.
Ce programme permet à l’ensemble des publics de se rencontrer au travers des spectacles, des ateliers, des balades, etc. mais aussi au travers des temps informels conviviaux (salle de restauration, bar, scène ouverte).

- Le festival aura lieu en novembre prochain, que pourra-on y voir et y faire ?

Le festival aura lieu les 21, 22 et 23 novembre prochain.
La soirée d’ouverture se déroulera au Cabaret aléatoire à la Friche de la Belle de Mai à partir de 19h00, avec un spectacle de cirque visuel suivi d’un concert de Slam signé.
Le Samedi et le dimanche, le festival se déroulera au théâtre le Parvis des Arts. Avec des ateliers de pratiques artistiques (danse indienne, chant-signe, marionnettes...) ainsi que des spectacles variés pour tout public. Notez la soirée du samedi avec le très beau spectacle bilingue « Les amours inutiles » des compagnies Mamuse et l’Inutile.
Beaucoup d’autres propositions, spectacles, balades et ateliers durant ces trois jours.
Vous pouvez retrouver l’ensemble de la programmation sur notre site internet.
Attention, les places sont limitées et il faut réserver vite !

- Ce qui est particulièrement intéressant, c'est que les personnes entendantes peuvent également participer...

Tout à fait !
L’ensemble du festival est accessible à tous ! L’idée est d’offrir à tous un accès à la culture mais aussi de sensibiliser le public entendant à la culture et à l’univers sourd.
Tous les spectacles sont compréhensibles par tous. Des interprètes en langues des signes sont présents sur tous les moments d’échanges et de rencontres.
Et nous proposons des ateliers de sensibilisation à la langue des signes pour un première découverte !
Une signalétique en LSF est présente dans tous le lieu, afin de permettre aux sourds de se repérer plus facilement mais aussi aux entendants d’apprendre quelques mots, leur permettant par exemple de commander un verre au bar en langue de signes !

- Vous lancez une campagne aux dons sur My Major Company. Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots à quoi va servir cette collecte ?

Pour continuer à offrir des spectacles et des ateliers de qualités, tout en gardant une politique tarifaire basse, nous avons besoin d'aides financières (subventions publiques, mécènes). Nous devons donc, chaque année, rechercher des financeurs nous soutenant.
Cette édition est marquée par la mise en place de ce système de financement participatif.
L’argent collecté via vos contributions représentera environ 10% du budget total de l’événement.
Il nous est indispensable à la bonne réalisation du projet.

Vous pouvez continuer de soutenir le projet du festival Sur le fil sur le site de My Major Company, jusqu'au 10 novembre.

- Pensez-vous que les personnes sourdes et malentendantes sont aujourd'hui en quelque part exclues (ou tout du moins rencontre des difficultés) pour l'accès à la culture, par exemple pour les spectacles ou la musique ?

Aujourd’hui, et malgré la loi du 11 février 2005, il existe encore trop peu d’initiative pour permettre un accès à la culture aux personnes sourdes et malentendantes.
Petit à petit, nous voyons des salles proposant des spectacles traduits, ou des visites de musées en présence d’interprète en LSF. C’est déjà bien, et ça montre que les choses progressent.
Concernant la musique, certains concerts sont accessibles, grâce à des système de vibration et de lumière ainsi qu’avec la présence de chanteur-signeur. Mais peu de groupes de musiques proposent ça et surtout peu de salle de musique se lance dans un concept paraissant au premier abord si étrange : un concert pour sourds !
Il y a cependant encore un bond énorme à faire entre la simple traduction de spectacles ou de visites conçues pour les entendants et une réelle proposition artistique conçu pour et par des Sourds.
Nous privilégions les spectacles bilingues, avec une mise en scène spécifique et des comédiens sourds, bien différents des spectacles pour entendants en présence d’interprète. Nous privilégions aussi les spectacles de mimes ou visuels, pour lesquels aucune modification n’est à apporter, le spectacle est compréhensible dans sa version d’origine, non transformé.
Dans le même objectif, nos visites et balades sont crées par des médiateurs / guides culturels sourds, qui proposent une visite en langue des signes.
On parle de culture sourde, qui est étroitement liée à la langue des signes. Au-delà de permettre un accès à la culture au plus grand nombre, nous cherchons à rendre visible et à sensibiliser à la culture sourde.

- Avez-vous un dernier mot à dire pour les personnes souffrant de cet handicap et pour convaincre tout le monde d'assister à votre festival ?

Je voudrais juste ajouter que le sourds se considèrent très rarement comme personnes handicapés. En effet, la perte d’un de leur sens est compensé par un moyen de communication : la langue des signes, reconnue comme langue officielle depuis 2005. Venez faire un tour durant le festival et vous remarquerez qu’il n’y a aucune situation de handicap lorsque la communication passe !

Merci à Marie Bonnin de nous avoir fait partager l'univers du festival Sur le fil. Sourire
Vous pouvez également en savoir plus sur le festival en le rejoignant sur sa page Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

interview Festival

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire