Publicité

Niki Demiller : l'EP L'aventure

Niki Demiller chante le blues du tertiaire. Sa musique se rêve en bande originale d'un Blier 70's et tend à la fusion entre timbres classiques et synthétiseurs analogiques.
Découvrez l'EP L'aventure de Niki Demiller.

Niki Demiller (crédit Nicolas Vidal)

crédit visuel : Nicolas Vidal

Niki Demiller ou l’aventure pop sociale.

Niki Demiller est un type charmant. Avenant, souriant, il dégage une sympathie immédiate. Son deuxième EP, L’aventure, qui annonce un album à venir en fin d’année, a pour toile de fond le monde du travail. Une épopée en 4 titres sur la Défense et le blues du businessman, avec juste ce qu’il faut de dérision pour en faire un objet pop. Sa musique se rêve en bande originale d’un film de Bertrand Blier et tend à la fusion entre timbres classiques et synthétiseurs analogiques.

Né artistiquement sous les auspices conjugués de Yann Gonzalez, Virginie Despentes et Philippe Manoeuvre, c’est avec son groupe les Brats qu’il enflamme les salles rocks de France et de Navarre, ouvrant même avec sa gouaille teenage les concerts d’Iggy Pop et des Buzzcocks. Après cette folle épopée, il s’éloigne longuement du milieu de la musique pour rejoindre le monde du travail, enchaine les rendez-vous de VRP et les dejeuners self-services, matière première et inédite de ces nouvelles chansons à la croisée des Sparks et de Bertrand Burgalat.

Car l’ex Baby Rockeur ne manque pas de ressources (humaines). Il décide donc de se réinventer en orchestrateur ambitieux, en suivant les cours du Conservatoire. Il s’attelle à l’écriture de projets musicaux, incluant quatuor à cordes classique, quintet et sextet de cuivres jazz, orchestre harmonique, ou orchestre de musique actuelle, sans renier ses premières amours rock à l’image du « Station to Station » de David Bowie qu’il réinvente pour l’orchestre du Conservatoire de Cergy.

Aujourd’hui, Niki chante le blues du tertiaire, l’apocalypse des villes où le sexe est digital et l’amour informatique dans un Western pour cadre supérieur. Après le duel au soleil des tours de la Défense dans le clip de L’aventure, il se réinvente en dandy dada aux mains d’une apprentie sorcière pour le clip de Ça monte, dans un hommage à Cocteau et Christopher Lee.
En attendant un album prévu pour cet hiver que l’on attend fermement et sans préavis.

Concert au FGO Barbara (Paris), le 15 mai 2019.

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire