Publicité

Morikan dévoile son nouvel EP

Le nom d'une tribu ; D'un Royaume ; De tout un monde. Morikan est chargée d'histoire(s). Le patronyme a traversé bien des pays.
Elle sort un nouvel EP en octobre.

Morikan

Un monde cosmopolite que l'artiste nous fait découvrir à travers une musique aux douces sonorités. Un aller-simple vers un univers où l'on devine les influences Soul et Méditterranéennes de la compositrice. La voix est envoûtante, sur le fil ( Trapèze) La mélancolie, aérienne. Intemporelle, suspendue aux cordes du mandole et de la guitare de Clément Soto. De show cases en concerts, Morikan (également comédienne) se fait conteuse aux mille accents. Elle puise dans ses racines pour nous offrir une musique unique chargée d'amour.

Interview avec Morikan

Comment êtes-vous venue à faire de la musique et en quoi vous passionne-elle ?
J’ai commencé à faire mes premières scènes et à écrire des chansons vers l’âge de 15 ans environ, je chantais dans ma chambre et puis petit à petit l’envie de sortir de ma zone de confort a été de plus en plus forte. A l’époque j’écoutais des artistes assez différents les uns des autres comme Noa, Sting ou Barbara, Jacques Brel… J’adorais autant la world music que la chanson française, le rock ou la soul. C’est encore le cas aujourd’hui :-)
La musique est la forme d’expression qui me parle le plus,  le biais par lequel j’ai le moins de mal à dire les choses… C’est une magie universelle qui peut avoir 1000 couleurs, 1000 visages différents, j’aime cette pluralité.

Pouvez-vous nous présenter votre nouvel EP qui sort en octobre ?
C’est un disque très intimiste,  je l’ai enregistré en duo avec Clément Soto qui m’accompagne sur scène au mandole et à la guitare. J’ai écrit et composé les morceaux et Clément les a arrangé, puis nous les avons enregistré en live, tous les deux, aux studios de La Ruche à l'Arbresle.
C’est une formule très épurée car j’avais envie de me mettre un peu à nue, de raconter des secrets, des choses qui ne peuvent se dire qu’au creux de l’oreille…

Quelles ont été vos inspirations pour écrire vos textes ?
Les histoires que j’entends, celles qu’on me racontent, les histoires de familles… Ce qui se passe dans ma tête aussi évidemment. L’amour est un thème très récurrent pour moi mais au sens large du terme, l’amour dans une famille, entre deux amis, entre deux amants… L’amour qui finit bien, celui qui pique un peu aussi.

Est-ce qu'on peut dire que c'est un EP généalogique pour vous qui êtes passionnée par vos racines ?
Ce n’est pas un EP qui retrace toute ma généalogie évidemment mais j’ai été beaucoup influencée par les histoires de ma famille, que ce soit du côté de ma mère ou de mon père. Le nom Morikan (qui est celui de ma maman) est un nom qui a beaucoup voyagé et qui a vécu pas mal d’aventures…

Pourquoi avoir choisi le mandole comme instrument ?
J’avais très envie qu’il y ait des sonorités world dans ce disque, je me suis rapidement penchée vers les instruments orientaux, méditerranéens, Clément a proposé le choix du mandole et j’ai tout de suite été conquise !
Je suis fan des instruments atypiques, avec des sonorités différentes de celles que l’on a l’habitude d’entendre. Dans le disque nous avons aussi utilisé de la senzula par exemple, c’est un petit instrument africain avec un son très doux, qui ramène tout de suite en enfance.

Parlez nous du titre L'ogre...
L’ogre parle du danger qui pèse sur tous les couples… Le quotidien ! Cette chanson parle de l’envie de garder, de geler la passion du début dans une relation amoureuse. Elle parle aussi du temps qui passe, qui peut parfois faner les choses… C’est le premier morceau que j’ai écrit pour ce nouvel EP, c’était un peu mon point de départ.

Des concerts sont prévus (les 12 et 13 octobre - Agend'art), qu'attendez-vous de vos rencontres avec le public ?
J’envisage les concerts comme un vrai moment d’échange et de partage.  Ce que j’aime, c’est faire en sorte que les gens se sentent comme chez eux, comme si on partageait un moment dans leurs salons et qu’on se racontait nos histoires, pour rire, pleurer, rêver ensemble, partager des souvenirs et des émotions.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Déjà Merci beaucoup pour cette interview ! Et j’espère voir le plus de gens possibles aux concerts des 12 et 13 octobre à Agend’Art :-) Je serais accompagnée de Clément et également de plein d’invités que j’adore autant artistiquement qu’humainement :
Amélie les Crayons, Olivier Longre, les Glossy Sisters, Billie, Pierrick Vivares, Joe Bel, Navid Abassi et Kamal Mazouni !

Merci à Morikan d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez la également sur Facebook.

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire