Publicité

Marion Elgé : son EP Femme amazone

Inspirée par des artistes comme Zazie, Calogero ou bien Julien Doré, Marion nous dévoile aujourd’hui son nouvel opus Femme amazone, une planète musicale où chacune de ses références se sont comme « métamorphosées ».

Marion Elge

Qu'est ce qui vous a poussé à faire de la musique ?
J’ai été en contact avec la musique assez jeune. Mes parents (bien que n’étant pas issue d’une famille de musiciens) ont toujours écouté de la musique et je me souviens avoir chanté des heures et des heures, bougé comme une pile électrique sur The Cranbberies et Claude François ! J’étais une grande fan de Claude. Mais je pense que le véritable élément déclencheur a été mon 1er contact avec un instrument, le piano. Cela s’est avéré être un exutoire et une façon pour moi de m’exprimer à travers des mélodies et 1ères ébauches de chansons !

Pouvez-vous nous présenter votre Femme amazone ?
Femme Amazone est le titre de mon nouvel EP, mais également l’intitulé d’une chanson de ce dernier. Après un 1er disque sorti en 2014, que l’on pourrait qualifier de plus frais, plus « jeune », j’ai voulu explorer de nouveaux horizons tant dans la production du disque que dans la thématique des chansons, revendiquer cette aspect « Femme », adulte.
Quant à la chanson en elle-même,  elle évoque le combat face à la maladie et particulièrement celui des femmes atteintes du cancer du sein. Tel un hymne guerrier la femme Amazone est celle qui n’hésite pas à se mutiler la poitrine pour tirer à l’arc et se jeter au combat.

Quelle source d'inspiration avez-vous trouvé chez Calogero ou Julien Doré pour composer les titres de cet EP ?
Calogero et  Julien Doré font partie de ma planète musicale à travers laquelle j’essaye de métamorphoser les influences. L’inspiration peut se faire à travers les mélodies de Calogero que j’affectionne particulièrement, tout comme dans la production « vintage » et le côté « eighties »  de Julien Doré.

Comment avez-vous travaillé sur Femme amazone avec le musicien David Granier ?
Le travail effectué sur Femme Amazone est un vrai travail de collaboration avec David, que ce soit sur l’intégralité de l’EP ou sur les chansons.  En effet, pour la réalisation du disque j’ai donné mon entière confiance à David ce qui lui a laissé carte blanche sur l’ornement des titres, ainsi qu’une grande autonomie en création.
Pour la chanson en elle même, David a réalisé la musique et moi le texte.

Pourquoi passer de titres plutôt rock à d'autres plus mélancoliques ?
Je crois qu’on a tous en soi une partie d’ombre, de lumière, et que la musique peut véhiculer ces différents spectres qu’ils soient sous forme d’états, d’émotions, de sentiments…

 Parlez nous du titre La vie c'est quand...
La vie c’est quand est un titre issu de l’EP Femme Amazone qui évoque des interrogations sur la vie : La vie c’est quoi, c’est où, c’est quand. Illustré par un portrait aux épaules dénudées, papillons sur le buste, nous avons également voulu montrer par ce visuel les papillons comme métaphore de la vie, ainsi que son côté fragile et éphémère.

Comment se sont passés les enregistrements en studio ?
Tout comme le 1er EP, nous nous sommes barricadés au Studio d’Etables, partis des pianos/voix ou guitares/voix et avons construit instinctivement l’univers.
C’est le titre Icône (1er single et 1er clip) qui a donné le ton de ce nouveau disque.

Est ce qu'il y a une part de vous et de votre histoire dans cet EP ?
La réalisation d’un disque est un peu comme une « venue au monde ». On confectionne ses chansons, on les chouchoute, on les voit grandir, jusqu’aux 1ers pas sur scène et une fois debout on continue de les accompagner. Je crois qu’un disque est quelque chose de très personnel, bien qu’on le partage… Pour ma part j’ai puisé mes inspirations dans le quotidien, les rencontres, les bonheurs ou les problèmes auxquels on fait face…

Vous avez reçu le soutien de la SACEM sur Femme Amazone, en tant qu'album auto-produit ? Que vous évoque ce soutien et en quoi l'autoproduction est important pour vous ?
Obtenir le soutien de la SACEM à travers l’aide à l’autoproduction est quelque chose d’important pour les artistes (auteurs et compositeurs) qui financent de manière autonome l’enregistrement de leurs disques et assurent la diffusion de leur œuvres ainsi que leurs promotions.
Pour nous, obtenir l’aide à l’autoproduction sur ce nouvel EP Femme Amazone, c’est un gage de « qualité », la reconnaissance d’une institution envers notre  travail.

Prévoyez-vous de réaliser des clips ?
L’idée émerge petit à petit dans nos têtes.
Nous allons certainement tourner des vidéos « live » mais la réalisation d’un clip est encore autre chose ! Il va falloir mettre cela sur les rails :)

Quelle va être la suite de vos aventures ? Plutôt concerts ou album ?
Nous avons plusieurs projets en tout genre !

  • mettre sur les rails un projet de clip !
  • défendre un maximum ce nouvel EP sur scène, jouer, faire des rencontres (artistes, publics) découvrir de nouvelles salles ou lieux de concert !
  • écrire des chansons avec des scolaires ! Titulaires de l’agrément de l’éducation Nationale nous intervenons également avec David auprès d’écoles, dans le cadre d’atelier de création de chansons.

 

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Simplement, même si cela reste sur le plan musical, remercier l’équipe qui m’entoure car j’ai la chance d’être entouré de belles personnes  notamment David Granier mon « managicien », musicien et manager :) Remercier également tous les lecteurs, auditeurs, et médias, ceux qui nous suivent sur les réseaux ou sur scène car c’est grâce à eux que notre musique est véhiculée.

Merci à Marion Elgé d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez là également sur Facebook.

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Pour rester informé de l'actualité de Divertir ; abonnez-vous !

Newsletter

Facebook