Publicité

Marianne BP présente son roman Rose ascendant pourpre

Entre folie sociétale et non conformisme, désinvolture et surréalisme, Rose Ascendant Pourpre de Marianne BP plonge le lecteur au cœur d'une fiction décalée. L'auteure présente son 1er roman dans cette interview.

Marianne BP

Passer de la musique à l'écriture, n'est-ce pas trop difficile ?
Bonjour et merci pour ces questions sur mon premier roman R.A.P (Rose Ascendant Pourpre).
Selon moi, il n'est pas difficile de passer de la musique à l'écriture, car les notes sont des touches émotionnelles comme les mots, leurs associations ont un sens et parlent à nos sens.
La musique est peut-être plus direct, plus abstraite, et pour en comprendre le sens, il faut parfois se pencher sur son essence, deviner via notre essence.
Mais toutes deux sont des langages recouverts de codes, d'histoires élégamment vêtues d'une logique subjective émotionnelle, sonore et rythmique.
La rythmique parle aussi et elle fait partie intégrante de la vie, elle ponctue le temps et ce qui se passe à l’intérieur. Elle nous aide à vivre, à ressentir et à comprendre ; elle séquence !
C'est peut-être là que se rejoignent l'écriture et la composition musicale : un mélange rythmé de sons, de couleurs, de sens sur une frise chronologique.

S'il y avait une phrase pour résumer Rose ascendant pourpre, quelle serait-elle ?
 Rose ascendant pourpre, c'est un voyage poétique caméra à l’épaule qui suit une jeune femme qui filme en caméra subjective cherchant une caméra qui aurait tout suivi...

Comment avez-vous choisi l'histoire que vous alliez écrire ?
 J'ai écouté mon inspiration au fur et à mesure des mots, j'ai cherché l'écoulement naturelle des choses. Puis j'ai sculpté ce qui en sortait au fur et à mesure.

Pourquoi avoir choisi ce personnage et cette psychologie avec cette forme de déni ?
 Le déni est un domaine qui m'intrigue, il est une intrigue en lui même. Le fait qu'une idée puisse changer de couleur, de sens selon les lunettes mentales que l'on porte, ça me rend ouf... La vérité subjective versus la vérité objective. Une conscience vs la majorité des consciences. Les croyances ! Qu'est ce qui amène quelqu'un à croire qu'il voit juste ?

Peut-on considérer Rose ascendant pourpre comme un thriller psychologique ?
(...) Voici la définition de ciné traffic : "Les ingrédients qui composent le thriller psychologique sont nombreux et varient d'un film à l'autre. Entre film noir et film policier, les hallucinations et la confusion entre rêve et réalité sont les éléments communs du thriller psychologique. En tant que genre à part entière le thriller psychologique est proche du film policier et est ouvert à tous les publics. "(...)
Voici un remix de la définition qui pourrait correspondre à Rose Ascendant Pourpre.
"Les ingrédients qui composent le thriller psychologique Rose ascendant pourpre sont nombreux et varient d'un film à lettre à un livre à film. Entre film pourpre et livre rose, les hallucinations et la confusion entre rêve et réalité sont les éléments communs du thriller psychologique et de rose ascendant pourpre. En tant que genre à part entière le thriller psychologique type Rose ascendant pourpre est assez loin du film policier proche du film d'auteur à tendance surréaliste et est ouvert à tous les publics."
L’histoire s’appuie sur le conflit mental et émotionnel.

Pourquoi avoir choisi un crime familiale et pas un inconnu ?
Parce que c'est le lien primaire. Le premier lien en général. Comme c'est un premier roman... donc j'imagine que mon instinct a puisé dans sa base.

Pour quelle raison avez-vous choisi la narration à la première personne pour un roman policier ?
 C'est une enquête bafouillante. Presque tout est basé sur la subjectivité de Mélinda. C'est un jeux de "je" .

Les lieux liés aux meurtres de Mélinda ont une place importante. Pourquoi Sens et la Martinique ?
Sens est une ville amusante pour l'intrigue, c'est une ironie du sort, l'ironie du sens.
La Martinique, j'y ai vécu enfant. Un havre de vert, une île, un isolement, un retour à la nature, à la source, une tentative de Reset (reinitialisation) pour Mélinda.

 Avez-vous fait des recherches documentaires pour écrire votre roman ?
Un peu pendant l'écriture, mais il me semble que j'ai surtout écrit pour raffiner ce que j'avais déjà accumuler en contenu de recherches documentaires.

Comment vous est venue l'idée de la mamie seule un peu chiante ?
La mamie, c'est la projection d'un problème psy de Mélinda (?)

Beaucoup apprécient la poésie de votre texte... Quelle attention avez-vous accordé à l'écriture et sa grammaire ?
Et ça me fait plaisir ! J'ai presque systématiquement écrit en écriture automatique, le plus vite possible par exemple 2, 3 heures d'affilé.
Puis le soir, je relisais et je retravaillais la précision, la poésie.
J'assimile cette technique à de la sculpture. Créer une matière instinctive, authentique et brute, l'extraire de sa jungle intérieure inconsciente puis la transformer via mes goûts, mon intellect et ma sensibilité au sens, au son, à la poésie qui est pour moi une interprétation de la vie.

Vous pouvez vous procurer le roman Rose ascendant pourpre de Marianne BP sur Amazon.

 

Avez-vous prévu de rencontrer vos lecteurs pour des séances de dédicaces ?
Pour l'instant, je n'aime pas dédicacer les choses, ni les chèques, ni les livres, ni les contrats donc non, je n'ai pas prévu de séance de dédicaces. Depuis la sortie du roman, je discute via le net, je réponds aux questions des lecteurs, j'aime discuter, échanger... Et lorsqu'on m'a forcé le stylo, j'ai dédicacé quelques livres sur le vif (et je n'en suis pas morte). 

Quels vont être vos projets à venir ? Pensez-vous réitérer l'exercice de l'écriture d'un livre ?
J'ai des projets musicaux et un deuxième roman.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Un grand merci à tous les lecteurs pour vos supers retours sur R.A.P. Je n'en attendais pas tant ! Vos petits mots m'ont beaucoup touchée !

Merci à Marianne BP d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez la également sur sa page Facebook.

interview Livres

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire