Publicité

Lizzy Ling présente son album Working Day sur les métiers

Lizzy Ling vous présente son nouvel album Working Day sur le son des métiers en interview. L'occasion de découvrir un album original et atypique.
Il est disponible en coffret double CD.

Lizzy Ling

Pouvez-vous nous présenter l'album Working Day ?
Working Day est mon 3ème album. Il s'agit en fait d'un double album sur le thème des métiers.
Je cherchais depuis quelques temps le moyen de faire évoluer ma musique pour ne pas me répéter, pour explorer de nouvelles sonorités.
J'avais par ailleurs acquis pas mal d'expérience au niveau technique d'enregistrement et réalisation, aussi, l'idée de mixer moi-même commençait à me titiller.
J'ai donc attaqué et finit le chantier en solitaire (avec toutefois l'aide de 3 musiciens additionnels sur quelques titres : Marwen Kammarti et Florian Pellissier aux claviers, et Marc Morgan à la guitare.) Parce que, quand même, c'est sympa aussi à plusieurs !

Pourquoi choisir de faire un disque sur les métiers ?
L'idée du thème des métiers m'est venue tout naturellement lorsqu'un matin, réveillée par des travaux dans mon immeuble, j'ai pensé que tous ces sons seraient bien plus sympathiques s'ils étaient en rythme. D'où l'idée : "A quel moment un son devient-il musique ?" D'où l'idée : "Ça serait marrant que j'essaie d'enregistrer des sons de métiers pour les transformer en musique". D'où l'idée : "Tiens et si j'en faisais aussi des chansons ?". C'était très amusant à concevoir.

Avez-vous rencontré des professionnels des métiers concernés pour vous aider ?
Oui bien sûr. Pendant ma période de "chasse au sons" j'ai rencontré des professionnels de divers corps de métiers qui m'ont permis d'enregistrer certains sons sur le terrain comme par exemple la caisse enregistreuse, les bips quand on passe à la caisse, certains sons d'usine etc...
Je présente aussi Working Day sur scène en un Concert-Ciné-Spectacle scénarisé et mis en images avec l'aide du réalisateur Aldo Piscina. Là aussi les professionnels des métiers m'ont soutenue en mettant à notre disposition leurs lieux de travail (ateliers, restaurant, salon de coiffure...) et leurs outils pour tourner les scènes que nous projetons à l'écran pendant le show.

Certains métiers sont-ils plus difficiles à retranscrire en son ? Existe-il des métiers pour lesquels vous avez renoncé au défi ?
Certains métiers sont effectivement moins évidents que d'autres à retranscrire en son.
Celui de peintre par exemple. Quel est le son du peintre ? J'en ai fait une chanson où seul le texte illustre la profession. (Le texte et un clip que l'on peut voir sur ma chaîne Youtube).
Le prof d'anglais... Le facteur... Pour le facteur j'ai composé une ligne de basse qui me donne une impression de déplacement. J'imagine le facteur allant de maisons en maisons et à la fin des Choeurs signalent : "C'est là !".
Il y a un métier que j'avais envisagé de représenter : celui d'éboueur, "agent de propreté urbaine" comme on dit maintenant. J'avais le titre "Je nettoie ma planète". Manquait plus que la base sonore du métier. Je me suis donc levée, un beau matin, pour aller sur les hauteurs de Montmartre où un camion de la propreté de Paris passe sur les coups de 7h dans une des petites rues désertes. Je me réjouissais par avance à l'idée de la nouvelle rythmique que j'allais composer à partir des sons du mécanisme qui sert à lever les poubelles pour les vider à l'intérieur de la benne. J'avais choisi cette rue calme pour éviter les bruits de moteur des autres voitures. Armée de mon dictaphone, qui ne me quittait jamais à l'époque, j'ai guetté dans la lueur matinale l'arrivée du camion. Il est bien venu mais, damned, son moteur à lui couvrait le bruit du mécanisme et je n'ai récolté qu'un magma de bruits ronronnants, confus et inutilisables à mon goût. Donc j'ai renoncé...
J'avais aussi toute une liste possible de métiers à mettre en chanson : La secrétaire, le boulanger (j'ai enregistré l'ambiance sonore d'un moulin) l'imprimeur (j'ai le bruit des machines en action)... La liste était longue. Mais sortir un double album de nos jours, quand la tendance est à l'EP, c'est plutôt gonflé alors il fallait bien mettre une limite quantitative.

Est-il possible de nous expliquer les différences entre les CD 1 et 2 de Working Day ?
Je voulais être au service des métiers. Je voulais aller à eux, respecter leur essence. Ils m'ont donné la couleur musicale et inspiré le style de chaque chanson. On ne réalise pas un "coiffeur pour dames" de la même façon qu'un "informaticien". Il m'est rapidement apparu que divers styles musicaux allaient se cotoyer. J'ai donc décider de faire 2 CD. Le 1er est plutôt "chanson". Le 2ème est électro.

Comment faites-vous pour créer une musique sur un métier ?
Phase 1 : Je pars à la chasse au son.
Phase 2 : Je numérise tous les éléments récoltés pour les mettre en rythme et surtout pour qu'il groovent.
Phase 3 : J'imagine une ligne d'accords, une mélodie, des bribes de textes. Peu à peu la matière prend forme.
Phase 4 : Je peaufine le tout pour finaliser la chanson.

Comment créez-vous les sons ? C'est un mélange d'objets, d'instruments, de synthé ?
C'est un peu tout ça.
Mon dictaphone ne me quitte pas. J'ai récolté différents bruitages à l'extérieur au hasard de mes promenades (moteurs, métro, ambiance de restaurant...).
Ou bien, dans mon home studio, j'ai enregistré des ciseaux, des pièces de monnaie qui tombent, des bruits d'eau...
Je peux aussi piocher dans quelques banques de sons que j'ai depuis longtemps.
J'aime mélanger les sons du quotidien. j'y rajoute aussi de vrais instruments, synthé ou autres pour donner vie.
Je me suis vraiment amusée à assembler tout ça. C'était passionnant de sculpter cette matière sonore.

Existe-il des particularités dans l'enregistrement en studio ?
La particularité est d'avoir du bon matériel et surtout de savoir s'en servir ! 

La partie texte doit être également importante ?
J'accorde une énorme importance aux textes. C'est pourquoi de temps en temps quand je sèche je fais à appel à Jean Fauque (Bashung, Dutronc, Paradis...).
Je prends la peine d'écrire en français parce que cette langue est riche et offre énormément de possibilités. J'y trouve tout ce qu'il faut pour assouvir mon penchant naturel aux jeux de mots, aux tournures marrantes ou poétiques... 

Est ce qu'avec Working Day vous aviez aussi envie d'aborder avec ironie et humour les métiers ?
Oui ça m'a plu de mettre de l'humour dans un thème sérieux comme le Travail. (Même si Fernand Raynaud l'a fait bien mieux que moi à l'époque !!!).
Chaque métier a déjà un vocabulaire très imagé. Il suffisait de piocher dedans et de me l'approprier le temps d'une chanson en y ajoutant 2 ou 3 fantaisies.
Sur scène aussi on a ajouté pas mal de situations comiques. J'aime rire et j'aime que le public sorte détendu de mes spectacles.

Une anecdote ou une indiscrétion sur l'album à nous raconter ?
Pas spécialement d'anecdotes si ce n'est que je suis assez fière d'avoir réussi le challenge de mener à terme cette aventure atypique qui me porte depuis 2012.
Et j'en profite pour remercier ici le 100ecs pour leur accompagnement tout au long de la création du spectacle et de l'album. Notamment en me mettant en contact avec Eric Cichacki puis avec Jonathan Bermond, Charlène Pouthier et Aloys Collard qui ont conçu le graphisme des visuels du coffret double album (Photos : Aldo Piscina)

S'il y avait un des métier du double CD que vous auriez aimer faire, quel serait-il ?
Vu que j'imagine mal ma vie sans musique je pense au métier de disquaire.

Working Day est disponible en téléchargement légal sur iTunes.

 

Working Day se veut aussi être un spectacle avec danse, comédie et vidéos... Peut-on en savoir plus ?
Oui Working Day est aussi un Concert-Ciné-Spectacle avec vidéo interactive. A voir en famille.
On est comme au cinéma sauf qu'en plus les artistes entrent et sortent de l'écran pour faire partager au public chansons, sketches, danses et autres étonnantes activités. J'ai monté ce spectacle avec Aldo Piscina et sur scène je suis entourée de Tania Florent (Comédienne, chorégraphe) et Marwen Kammarti (musicien). A l'écran on voit Jean Fauque, Hugues Hausman, Stefan Cuvelier...

Parlez nous un peu de la tournée...
Nous avons eu la chance de présenter Working Day dans des lieux très différents : La Carrière du Normandoux près de Poitiers, La Bellevilloise, Le Pan Piper, Le festival 12x12 à Paris...
On est aussi passé par le Columban en Belgique. J'adorerais me produire dans des lieux de Travail justement, des usines, des ateliers.

Quels vont être vos projets solo à venir ?
En parallèle j'ai monté, avec l'aide de Ghislaine Lenoir, le One Woman Show Musical Lizzy Ling n'est pas du matin. Quasi-autobiographique, le titre est révélateur !
J'y réunis tout ce que j'aime : le chant, la comédie, la musique et l'humour. Quelques dates se profilent à Paris chez Mme Arthur notamment.

On vous retrouve également sur le duo My Concubine. Pouvez-vous nous le présenter briévement ainsi que son univers ?
Dans la bio du groupe My concubine il est écrit : "MY Concubine a démontré à l'évidence que l'on avait affaire à un groupe  intemporel « en français dans le texte » et à l'aise avec son temps... (Longueurs d'Ondes) Les jolies et moqueuses mélodies de MY Concubine nous rappellent que le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont des armes chargées et ceux qui creusent (Marianne) My Concubine explore les terres chères à Nick Cave, Jim Thompson voire Dostoïeski » ( Rock Hardi)".
La description me semble criante de vérité.

Vous préparez un album dans le cadre de ce duo, est-il possible d'en savoir plus ?
Nous sommes en pleine préparation avec, aux manettes, le réalisateur Yann Arnaud. Les textes et compositions sont d'Eric Falce et j'y rajoute quelques idées à la voix et aux synthés.
Je peux déjà vous annoncer que les visuels seront signés Nicolas Ruann un talentueux plasticien photographe assisté de Jonathan Fralin.

Quel en sera sa date de sortie ?
Un peu trop tôt pour se prononcer.

N'est ce pas trop compliqué d'avoir à la fois un projet solo et un en duo à défendre ?
Non au contraire ça me permet de faire appel à mes multiples facettes et j'adore ça.

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Vive la diversité en musique comme ailleurs !
Vive vous qui avez conçu ce questionnaire.
Vive la musique et les gens !
Et pourvu que ça dure.

Merci à Lizzy Ling d'avoir répondu à cette interview !
Retrouvez la également sur Facebook.

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire