Publicité

Les beaux débuts de l'EP d'Anna Simone

Bercée par la musique depuis ma plus tendre enfance et amoureuse des mots, dans la vie ; Anna Simone prépare son 1er EP avec le soutien des internautes.

Anna Simone

Quels souvenirs gardez-vous de la chorale dans laquelle vous chantiez en 6ème ?
De très bons souvenirs ! Je me souviens surtout que je m'y étais inscrite un peu par hasard, c'était une activité du midi (qui permettait d'être prioritaire au self !), et qu'assez rapidement, le professeur de musique du collège m'avait promue "soliste". Nous faisions des concerts très régulièrement, devant les parents, professeurs, autres élèves... et même des échanges à l'étranger avec d'autres chorales. Cela m'a donné le goût de la scène, et le fait d'en faire aussi jeune m'a permis d'y être à l'aise. Je m'y étais fait beaucoup de copains également. Nous avons aussi enregistré un CD, dans la salle de musique du collège, et je me souviens qu'à l'époque nous avions lancé une souscription. J'avais fait du porte-à-porte pour trouver des souscripteurs. Un peu l'ancêtre du financement participatif finalement ! 

Est-il possible de nous présenter l'EP que vous préparez et quelles sont vos sources d'inspirations ?
Cet EP sera constitué de compositions personnelles, écrites depuis le printemps 2018, en piano-voix. Elles seront arrangées par Ben Bridgen, que je connais depuis plus de 10 ans grâce à Trafic d'airs, et qui est musicien, multi-instrumentiste, arrangeur et réalisateur. Je propose un album que j'ai voulu authentique et personnel, aux notes contemporaines, épurées et électro. 

Qu'est ce qui vous a poussé à aller en Amérique du Sud et en quoi ce voyage a-il été utile pour votre musique ?
J'avais besoin de couper avec ma vie quotidienne, de faire une pause, de me prouver aussi que je pouvais entreprendre une aventure en solo. Il a été utile dans la mesure où, au retour, faire ce qui me plaisait, en l'occurence de la musique, était devenu une évidence. Il m'a été utile pour prendre conscience des forces que j'étais capable de déployer pour me faire une petite place dans ce métier. 

Sur quoi attachez-vous le plus d'importance dans vos compositions et dans quelles conditions avez-vous écrit cet EP ?
Sûrement les textes, car j'y suis moi-même très sensible. J'ai besoin qu'ils parlent de l'intime, qu'ils dévoilent une partie de ce que je suis, de ce que je pense. J'ai besoin qu'ils me ressemblent et qu'un soin particulier y soit porté.
J'ai écrit les chansons d'abord petit à petit chez moi. Puis je me suis isolée dans un chalet des Alpes, à l'automne 2018, avec mes cahiers et un piano, cela m'a été très profitable. Là encore, sortir du quotidien, accorder du temps à la création... J'ai eu une production importante pendant deux semaines, bien plus que si j'étais restée chez moi.

Pourquoi la chanson française est-elle importante pour vous ?
Vaste question... Je crois qu'au-delà de tout militantisme ou de volonté de sauvegarde d'un quelconque patrimoine, j'accorde de l'importance au texte, et il est important pour moi de me faire comprendre, entendre, ce qui ne se passerait pas si je chantais en anglais. 

Peut-on en savoir plus sur vos échanges avec Ben Bridgen et Baptiste Bondy sur la partie instrumentale ?
Ils ont été nombreux avec Ben Bridgen, avant même de travailler sur les chansons, et je lui avais donné une direction assez précise du son que je souhaitais. je lui ai transmis quelques morceaux en référence pour qu'il se fasse une idée assez nette de ce que je voulais.
Baptiste, grâce à sa grande complicité avec Ben et sa capacité créative, est venu ensuite proposer des parties aux percussions, sur des musiques qui étaient déjà bien avancées. L'idée était que les parties rythmiques apportent du liant aux différentes parties des chansons.

Parlez nous du titre Les beaux débuts...
Cette chanson a vraiment été écrite au tout début, sans que ce soit vraiment calculé cependant. Je me souviens que la mélodie des couplets m'est arrivée toute seule alors que je fredonnais dans mon salon, peut-être bien en cuisinant ou en rangeant. Je l'ai enregistré tout de suite sur mon smartphone pour ne pas la perdre, et assez vite est venu le thème "les beaux débuts". Je suis ensuite passée au piano, les "refrains" ne sont venus que bien plus tard. J'ai passé pas mal de temps sur le texte, à explorer toutes ces situations qui semblent extraordinaires quand elles sont nouvelles, et malheureusement souvent s'étiolent, changent avec le temps, les relations amoureuses bien sûr, mais aussi une saison nouvelle, l'arrivée d'un enfant...

Le passage en studio est-il une étape redoutée ?
Non pas du tout ! Je suis super bien entourée, j'aime la façon dont on travaille avec Ben. Je redoute juste un peu le moment (et il va arriver) où il faudra faire "stop" et décider que ce qu'on est en train de faire est la version finale et qui sera gravée à jamais...

Qu'est ce qui vous a motivé à réaliser un financement participatif et quel serait l'argument pour convaincre de vous aider ?
Tout d'abord je tenais à garder mon indépendance et le financement participatif est un très bon moyen pour cela. Je me suis dit aussi que j'avais un réseau relativement important, notamment d'amateurs de musique, extrêmement bienveillant, et sans doute curieux de ce que j'allais produire (je crois que je ne me suis pas trompée car à 18 jours de la fin, je suis à +90% de l'objectif). Je me suis dit aussi que ce serait un moyen de me faire connaître et d'impliquer une communauté à me soutenir, pour cet EP et pour la suite. Enfin, dans l'élaboration de ce projet, cela me semblait important de commencer par un support enregistré pour me faire connaître, même si de nos jours les disques ne se vendent plus ou presque...
Les gens qui me soutiennent peuvent être fiers de défendre la création musicale indépendante. Je pense aussi que ceux qui ont déjà contribué sont heureux de soutenir quelqu'un qui va au bout de ses rêves, de ses envies... Cet EP est un moyen pour moi de montrer que l'on n'est pas obligé de se résigner à subir une place, une situation qui ne nous convient pas, et que si on a vraiment envie de quelque chose, il ne tient qu'à nous de tout faire pour tenter de l'obtenir. 

Vous pouvez soutenir l'EP d'Anna Simone sur KissKissBankBank.

 

Des clips sont-ils prévus et comment les imaginez-vous ?
Oui même si ce n'est pas une priorité car je ne suis pas fan des clips. Ca risque de ressembler à un live ;-)

L'EP a-il déjà un nom ?
Rien n'est définitif, mais Les beaux débuts est en bonne place. 

Donnerez-vous des concerts prochainement ?
Absolument pas, et pas avant la mi-mars, car je suis enceinte de 7 mois ;-) Après cette campagne de crowdfunding, je vais m'accorder une pause, m'occuper un peu du bébé, puis reprendre le chemin du studio en début d'année prochaine.  

Souhaitez-vous dire quelques mots pour l’association Trafic d’Airs dans laquelle vous chantez ?
L'un des atouts principaux de cette association est de créer un contexte très favorable pour permettre à des chanteurs amateurs de se produire sur scène, notamment en étant entourés de musiciens professionnels. Ils bénéficient également d'un accompagnement toute l'année sous forme d'ateliers et de stages réguliers. Enfin, il y a une très grande ouverture et curiosité sur la chanson française actuelle. 

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
J'espère que cette petite graine que j'ai planté deviendra une splendide plante, que je continuerai à nourrir !

Merci à Anna Simone d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez son actualité sur Facebook.

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire