Publicité

Le recueil Comme un Allemand en France

Comme un Allemand en France est un recueil commenté de lettres écrites par des soldats allemands, stationnés en France pendant l'Occupation de 1940 à 1944.

La censure les empêche de parler librement, alors ils décrivent leur quotidien, leur relation aves les Français et, vers la fin des quatre années d'occupation, aussi leurs doutes. Parmi les soldats se trouve le futur prix Nobel de Littérature Heinrich Böll, ainsi qu'Ernst Jünger. Comme un Allemand en France est le résultat de deux ans de recherche de trois universitaires.

"On arrive pas à tuer l'inimitable chic. Les femmes m'impressionnent, c'était à prévoir. La parisienne est la quintessence absolue, à coup sûr le produit suprême de l'occident."

La découverte de la femme française est un choc à double tranchant pour beaucoup de soldats allemands en 1940 et ils en témoignent dans leurs lettres.
Pour Aurélie Luneau, au micro d'Arte, ils aiment la parisienne élégante mais ils dénnoncent aussi les femmes qui ont tendance à se maquiller de façon outragère.

Dans le recueil, les 3 auteurs ont fait leur choix parmi plusieurs milliers de lettres de la wermarth.

L'historien Stefan Martens a été surpris par le fait que les soldats parlaient beaucoup de leur vie privée et ne s'étendaient pas sur la guerre, en tout cas pas au début.

"Ma cher Charlotte, c'est à nouveau dimanche. Dans ce courrier tu trouveras également un paquet avec de la lingerie fine taille 42. Le contenu est chemise, pentalon, combinaison... Toute la chose est appelée parrure. Est ce que la crème grasse pour le visage te conviens ?"

Dans le livre, on découvre les soldats en France presque en vacances dans leurs lettres. Ils ne connaissent la France qu'a travers la littérature ou la propagande nazi. Ces lettres sont une façon de découvrir un autre mode de vie.

"Les français ne bossent pas comme des imbéciles comme nous. Ils prennent le temps pour tout. Ils semblent personnelement plus heureux."

Les lettres proviennent en partie de journaux intimes et évoquent peu la France occupée. La cohabitation semble paisible pour ceux qui sont à la campagne.
Du fait qu'il n'y a pas de caserne à la campagne, le mode de vie est un peu différent. L'ambiance ne change pas d'un jour à l'autre.

Toutefois le soldat Heinrich Böll signale des changements de comportement à sa femme en 1943 dans ses lettres. Il souhaite alors que cette guerre absurde se termine et que l'Allemagne gagne. Les français imaginent alors une nouvelle vacherie en inscrivant la date de 1918 aux murs, le faisant déprimer.
Mais bientôt les soldats allemands devront plier bagages mettant un terme à 4 ans d'occupation.

Livres

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire