Publicité

Le musée du Louvre expose Vermeer

Plongez dans l'univers de Vermeer au musée du Louvre à Paris. Le musée a réussi à réunir 12 tableaux du peintres sur 25 pour une exposition exceptionnelle. Le but de cet accrochage n'est pas de découvrir les oeuvres du peintre hollandais dans son ensemble, que de tordre le cou aux clichés qui l'entoure. A commencer par celui que Vermeer soit à l'image de ses peintures : enigmatique et solitaire. L'exposition du Louvre propose de confronter ses tableaux à plusieurs peintres de son époque qui l'ont cotoyé et de démontrer qu'un véritable dialogue pictural existait.

La légende d’un artiste isolé dans son monde inaccessible et silencieux s’efface, sans pour autant que Vermeer tende à n’être plus qu’un peintre parmi d’autres. En réalité, mis au contact de celui des autres, son tempérament d’artiste, au contraire, se précise, s’individualise. Plus qu’un lanceur de styles, Vermeer apparaît comme un peintre de la métamorphose.

Cette exposition cherche à démontrer, au moyen de rapprochements avec les œuvres d’autres artistes majeurs du Siècle d’or à l’image de Gérard Dou, Gerard ter Borch, Jan Steen, Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Caspar Netscher ou encore Frans van Mieris, l’insertion de Vermeer dans un réseau de peintres, spécialisés dans la représentation de scènes élégantes et raffinées – cette représentation faussement anodine du quotidien, vraie niche à l’intérieur même du monde de la peinture de genre. Ces artistes s’admiraient, s’inspiraient mutuellement et rivalisaient les uns avec les autres.
Le troisième quart du XVIIème siècle marque l’apogée de la puissance économique mondiale des Provinces-Unies. Les membres de l’élite hollandaise, qui se font gloire de leur statut social, exigent un art qui reflète cette image. La « nouvelle vague » de la peinture de genre voit ainsi le jour au début des années 1650 : les artistes commencent alors à se concentrer sur des scènes idéalisées et superbement réalisées de vie privée mise en scène, avec des hommes et des femmes installant une civilité orchestrée. 
Bien que ces artistes aient peint dans différentes villes de la République des Provinces-Unies des Pays-Bas, leurs œuvres présentent de fortes similitudes sur le plan du style, des sujets, de la composition et de la technique. Cette rivalité artistique dynamique a contribué à la qualité exceptionnelle de leurs œuvres respectives.

Maxime Lopes sur Google+

Art

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire