Publicité

Le Collectif Métissé est Fan des années 80

Etre heureux fait parti de l'état d'esprit du Collectif Métissé qui sort un nouvel album Fans des années 80. Ils font ainsi revivre les mélodies qui ont fait danser les années 80 pour nous soustraire à la morosité ambiante.Collectif Métisse

En quoi est ce important que la musique puisse donner de la joie de vivre et la positive attitude ?
C'est notre marque de fabrique. C'est important que notre que la musique donne de la joie et la positive attitude, c'est vraiment ce que l'on veut. Avec notre musique on arrive à ce résultat là.

Parlez nous de l'album Fans des années 80 que vous allez sortir...
Des mots il y en a plein à dire : tube, joie, bonne humeur, plaisir, soleil, partage, amour, vivre ensemble, en marche...

Pourquoi avoir choisi de faire un album sur les années 80 et quelle approche souhaitiez-vous lui donner ?
C'est une décennie qui a eu plein de tubes et il y a plein de tubes qu'on aime. On est fan, d'où le nom Fans des années 80. Ca nous a permis de nous faire plaisir à travers des chansons qui ont pu marquer certaines tranches de notre vie.

Les années 80 sont cultes, comment avez-vous sélectionnés les titres à reprendre ?
On a essayé de sélectionner une dizaine de titres qui n'existaient plus, d'artistes disparus ou de groupes dissout ; afin de pouvoir faire revivre sur scène ces titres.

Peut-on en savoir plus sur le titre Je te donne que vous avez repris avec Michaël Jones ?
On est tous fan de Goldman. On était tous en studio et l'un de nous a dit "Ca aurait été bien avec Michaël Jones". On s'est appelé et 15 minutes plus tard il nous annonce qu'il a adoré et qu'il voulait le faire avec nous. On a fait avec Michaël Jones l'Olympia et le clip : un vrai moment de partage. C'était quelque chose de symbolique.

Vous avez été en contact avec certains interprètes originaux, comment ont-ils accueilli l'album ?
Didier Barbelivien a appelé pour indiquer qu'il adorait la manière dont on avait repris ses chansons. La soeur de Daniel Balavoine nous a félicité pour la version de L'aziza. On a eu que des retours positifs et ça fait plaisir.

Quelle était l'ambiance lors des enregistrements ?
C'était la fête, la colonie de vacance (rires).

Les premiers avis sont plus ou moins mitigés. Que souhaitez-vous dire à ceux qui disent que vous massacrez les titres originaux en commentaires ?
Dans la vie il y a toujours des gens qui sont pour et des gens qui sont contre. Les réseaux sociaux ne sont qu'un expiatoire pour ceux qui n'ont que ça à faire : critiquer. Après on ne peut pas plaire à tout le monde. L'essentiel c'est qu'on plaise à la majorité de nos fans ou ceux qui vont le devenir. On a le droit de ne pas aimer, mais nous on a beaucoup aimé et on espère que beaucoup de fans aimeront.

La scène est importante pour vous, qu'attendez-vous de votre tournée ? Est-ce qu'il y aura des choses spéciales d'organisées ?
On va avoir plusieurs spectacles dont un où l'on mélange nos titres avec ceux des années 80. On créé actuellement un spectacle exclusivement Fans des années 80, où l'on essayera de tourner un maximum avec ce spectacle.

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Rendez-vous tous les dimanches à 17h sur Facebook pour suivre notre feuilleton Suis nous sur la route, consacré à notre tournée. Vous pouvez retrouver chaque épisode de notre tournée, les coulisses... Et n'oubliez pas, notre album Fans des années 80 sort le 16 juin !

Merci au Collectif Métissé d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

Interview réalisée en partenariat avec Multimédiaxe.

Le nouvel album du Collectif Métissé Fans des années 80 est désormais disponible dans les bacs, porté par leur nouvel hymne pour l’été Gimme Hope Jo’Anna, tube mythique qu’ils revisitent à la sauce Collectif Métissé pour en faire une version plus « légère » et festive. Quand la machine à tubes Collectif Métissé reprend les plus grands standards des années 80, ça donne un album festif et terriblement addictif comme seul le Collectif sait les faire !

Prochain défi pour le Collectif : faire revivre les mélodies qui nous ont fait danser dans les années 80 en leur donnant une couleur soleil inédite. Une façon de nous replonger dans une époque où, contrairement à aujourd’hui, l’insouciance avait encore droit de cité.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire