Publicité

La Féline : nouveau single Senga - Trophée

Deux ans après Adieu L'enfance, son premier album, La Féline alias Agnès Gayraud revient avec Senga, nouveau single qui annonce un nouveau disque en début d'année 2017. 

La féline

La Féline
Nouvel EP Senga

Disponible chez Kwaidan /!K7
En concert au Mama Festival le 14/10

Depuis bientôt sept ans et plusieurs vies, La Féline construit une œuvre riche et profonde, sans équivalent dans la pop francophone actuelle : électronique minimale, zébrures de guitares, comptines atemporelles et écriture littéraire. Avec Senga, Agnès la féline devient Senga qui parle aux loups, Senga qui grimpe aux arbres et connaît les secrets de la forêt. Le second extrait s'appelle Trophée, et il a été composé avec Mondkopf qui apporte au morceau sa subtilité électronique. Ces deux titres, Senga et Trophée sont portés par la voix de La Féline si puissante dans sa douceur et qui fait frissonner le cœur.

Découvrir la musique de la Féline, c’est découvrir celle qui l’incarne : une personnalité à part dans le monde de la pop « à la française », une personnalité hybride.

Incarnation brune et graphique de La Féline, voix suave et guitare électrique, Agnès Gayraud écrit et réfléchit, aussi, sur la musique des autres. Qu’elle ait choisi pour terrain de jeu la pop, spontanée par essence, n’est sans doute pas un hasard. Loin de toute fausse lucidité, Agnès fait vœu de candeur dans ses propres chansons, nourries d’un imaginaire de cinéma, de mangas et de mythes anciens comme d’archétypes populaires.

En 2014, elle a sorti Adieu l’enfance un premier album remarqué de chansons pudiques et poignantes. Son deuxième album, à paraître chez Kwaidan Records en début d'année 2017, poursuit son compagnonnage avec l’arrangeur et réalisateur Xavier Thiry. Elle l’a conçu dans une grande bâtisse en Picardie, au milieu d’autres artistes et de quelques paons, et quelque chose s’est libéré en elle. Elle s'y rêve guerrière impitoyable (dans le morceau Trophée, co-composé avec Mondkopf) ou sauvageonne à la Miyazaki.

Dans ce premier avant-goût d'un album qui devrait compter, Senga, nouveau single disponible depuis la rentrée, signe un passage de relais : dans le miroir des eaux, Agnès la féline devient Senga qui parle aux loups, Senga qui grimpe aux arbres et connaît les secrets de la forêt.

On suit ce chant hymnique et ce saxophone percussif se frayer un chemin entre les hautes herbes, vers une révélation supérieure. Car l’aura d’Agnès inspire une totale confiance. A mesure qu’elle mûrit et affirme sa voie de plus en plus singulière, il y a, dans sa douceur, la puissance d’un don de divination. Et aux divinations de La Féline, n’en déplaise à la raison, on n’a qu’une envie, c’est de s’abandonner.

Maxime Lopes sur Google+

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire