Publicité

L'album d'Antoine Sahler

Antoine Sahler s’inscrit dans la lignée des artistes français marqués par la pop (Souchon, de la Simone, ou Katerine ...) chez qui la douceur n’est jamais une faiblesse, dont l’écriture épurée cherche la netteté des images, le goût des harmonies inattendues et des mélodies évidentes. Un disque tout en poésie de 14 chansons et de 6 interludes où résonnent en écho les voix féminines qui habitent l’esprit rêveur de ce doux dingue.

Dans sa carrière, Antoine Sahler a  écrit un album pour la chanteuse Lucrèce Sassella (22 ans) donnant lieu au spectacle 22h22, produit par François Morel (La Pépinière théâtre en 2014), et deux livres-CD pour la jeunesse, chez Actes Sud Junior (La Tête de l’Emploi en 2012), et La Colonie des Optimistes (avec Thomas de Pourquery, Emmanuel Noblet, Olivier Saladin, Nina Meurisse... en 2015).

Antoine a également créé un label, Le Furieux, où l’on trouve des artistes comme Achille (Donia Berriri), Armelle Dumoulin (complice de Bertrand Belin), François Puyalto ou Wladimir Anselme.
Sa carrière de chanteur a donc été mise en veille pendant ces dix ans de créations et de tournées (les projets communs avec François Morel sont encore nombreux !), mais il n’a jamais cessé d’écrire des chansons.

Voici donc son nouvel album solo, sur son propre label Le Furieux (distribution Differ-Ant), des chansons pop, où le désenchantement amusé côtoie l’humour absurde. L’écriture épurée, qui cherche la netteté des images, le goût des harmonies inattendues mais des mélodies faciles inscrivent cet opus dans la tradition des chanteurs français marqués par la pop (Souchon, de la Simone, Katerine...), où la douceur n’est jamais une faiblesse.

Il y est beaucoup question de temps (qui manque ou qui passe), d’amour (qui reste ou qui part), mais aussi du désenchantement du monde et du besoin de consolation. 14 titres entrecoupés de petits interludes, chantés par un choeur qui serait comme une voix intérieure.

Accompagné par d’excellents musiciens, rencontrés au gré des projets, et pour la plupart devenus amis - Jeff Hallam à la basse (Dominique A...), Raphaël Séguinier à la batterie (Arthur H...), Thibaud Defever (lui-même excellent auteur et compositeur) à la guitare - Antoine Sahler utilise l’espièglerie comme arme d’auto-défense. Lucide, il voit le temps passer, mais pas de panique, à la fin, c’est le sourire qui gagne.

Enregistré et mixé par David Chalmin au studio K, le studio parisien de Katia et Marielle Labèque (avec qui il a déjà collaboré plusieurs fois, et notamment pour le dernier album de François Morel, La Vie, titre provisoire (Jive-Epic / Sony Music), l’album sortira le 1er février en physique et digital (distribution Differ-Ant).

Antoine Sahler - Sénescence (Clip officiel)

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire