Publicité

Kévin Magalhaes - L'ange de mes rêves

La musique de Kévin Magalhaes est indissociable de son vécu, tant pour les mélodies que pour les paroles. On ressent douceur, bienveillance, nostalgie surmontée, qui n'atteint jamais le regret mais n'oublie pas non plus.

Kevin magalhaes : L'ange de mes rêves

C'est une joyeuse mélancolie qui émane de l'oeuvre de Kévin, que l'auditeur peut à loisir, et selon son humeur, faire pencher du côté de la langueur ou de l'allégresse. Un message procède de la musique, mais, jamais imposé, il ne touche que ceux qui sont enclins à l'accueillir en leur coeur.

Né à Bourges, Kévin a appris le chant et le piano en autodidacte. Amoureux de la langue française, il est auteur-compositeur-interprète. L'homme est perfectionniste et sa musique, certes influencée par ses modèles tel que Michael Jackson, Jean-Jacques Goldman ou encore Calogero, est hautement personnelle et polie comme une pierre précieuse. Voyageur et géographe dans l'âme, il a été très loin, jusqu'à la maison des juges, dans le concours X factor en Roumanie. Depuis lors conseillé par la célèbre chanteuse roumaine Paula Seling, (arrivée 3ème à l'Eurovision en 2010), cette rencontre a confirmé définitivement sa vocation de chanteur. En collaboration avec le studio parisien Hedayat Music, il concrétise enfin son premier projet musical avec la sortie de cet EP.

L'ange de mes rêves est le titre clef. Cet hommage à sa soeur est un hymne délicat et soucieux. Il aide chacun d'entre nous à surmonter la perte d'un tre aimé, trop loin de nous, sans l'être vraiment, qui nous guide et nous oblige à refaire notre vie, autrement.
Le point touche tout le monde, à travers les inévitables difficultés du quotidien, au travail, en famille, entre amis. C'est une vision résolument optimiste de la vie, sans masquer ses vicissitudes.
Entends-tu veut mettre en garde contre la guerre, à qui veut écouter l'autre, le comprendre. Quel meilleur intermédiaire qu'un enfant pour y parvenir.
Mon évidence parle comme elle chante. C'est ce lien indissoluble qui continue d'unir ceux qui se sont aimés et pensent, ou croient, encore s'aimer malgré leur séparation. L'espoir d'une renaissance de leur histoire est vivace et l'auditeur y a sa place.
Dame de fer n'est-elle que la tour Eiffel et n'est-elle que parisienne ? A travers ce respect pour la vénérable dame, on réapprend le respect, la courtoisie, les valeurs universel et l'émerveillement unanime pour le crépuscule.    

Maxime Lopes sur Google+

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire