Publicité

Judy Diaz présente son futur album dans cette interview

En pleine préparation de son futur album, l'artiste Judy Diaz nous le présente dans cette interview exclusive qu'elle nous a accordé. Ses musiques sont pleinement ancrées de ses origines cubaines.

Judy Diaz

- Pouvez-vous présenter et revenir sur votre parcours musical ?
Je suis née à Guanajay, un village des alentours de La Havane, et j'y ai passé mon enfance auprès de mon grand-père, contrebassiste, qui m'a fait  découvrir les musiques traditionnelles des paysans cubains : le son et la guaracha. 
A seize ans, je suis rentrée au conservatoire de musique Alejandro Garcia Caturla, à la Havane, où pendant quatre années j'ai étudié le chant avec Alberto San José,
célèbre professeur du Théâtre musical de la Havane.
En 1996, j'ai rejoint le Cuarteto D’Tomas, une formation chorale, où j'ai interprété le son, le cha-cha-cha, le boléro, la salsa... et donné de nombreux concerts dans les clubs et cabarets de
La Havane... De février à avril 1998, nous avons effectué une tournée en Jamaïque où nous nous sommes produit  avec un ballet féminin au Club Exotic Garden de Kingston, puis au Grand Lido de Négril et à Montego Bay. 
En décembre 1998, ce fut une tournée en Equateur, puis de décembre 1999 à mai 2000, une nouvelle tournée dans tout le Sud de l’Italie, et en mars 2002, à l’occasion de l’'année cubaine, en France.
En 2003, j'ai rejoint le groupe Salsa Morena, un groupe féminin composé de huit musiciennes et jusqu’en 2004, j'ai interprété un large répertoire latino dans de nombreuses salles de spectacle de La Havane... 
En 2005, j'ai quitté Cuba pour m'installer en Martinique où je me suis consacrée de 2006
 à 2007 à la réalisation et la production de mon premier album Para cambiar las cossa. Puis, je me suis produit avec le Madicuba sur les scènes musicales des Antilles...
En 2011, je suis partie m'installer en Guyane où j'ai formé avec Serge Aron, Jonathan Coipel et Omar Sepulveda, le groupe Cubamania avec qui nous nous sommes produits au Cric-Crac, au Café de la Gare, au Seven Seas, au Guest, aux Roches... 
Dernière étape actuelle de mon parcours, mon arrivée en 2014 en France métropolitaine, dans la capitale bretonne de Rennes. Autre univers, autre vie, autres rencontres... 

- Parlez nous justement de votre univers musical et de vos influences ?
Mon univers musical est celui de la musique latine et si Celia Cruz est pour moi une référence, mon univers musical se nourrit avant tout de la musique populaire cubaine.  

- En quoi vos origines vous ont-elles aidées dans vos créations ?
Mes origines cubaines sont à la fois la source de mon inspiration musicale et de mes textes qui s'ancrent dans la réalité et la poésie populaire. Ce sont elles également qui me permettent d'être en résonance avec la musique caribéenne qu'elle soit de Porto Rico, de Santo Domingo, de Columbia ! Sans ces origines ?...  

- Après avoir fait partie de plusieurs groupes, vous vous lancez dans une carrière solo, pourquoi et quelles en sont les principales difficultés ?
Il ne s'agit pas d'une carrière solo. Comme lors de mon arrivée en 2005 en Martinique, je profite de mon arrivée en France et du temps nécessaire pour reconstruire un réseau et un projet musical, pour me consacrer à nouveau à l'écriture et à la composition musicale. C'est aussi l'occasion de retourner en studio pour enregistrer  et travailler de nouveaux arrangements. Ce qui ne m'empêche pas en parallèle de m'ouvrir à de nouvelles expériences collectives puisque, depuis quelques mois, je travaille avec le groupe Nuevitas.

- Parlez nous de votre titre Soy latino...
Soy latino est un chanson qui parle de mes racines latines et célèbre mes origines caribéennes. Tous unis par cette musique latine (la rumba, la guaracha, le son ou le chachacha), nous ne formons qu'un seul peuple, et nous sommes le coeur de l'Amérique !

- Vous préparez votre album Para cambiar las cosas, que contiendra-il ?
L'album que je prépare n'a pas encore de titre. Il rassemblera mes dernières compositions qui vont de la rumba, à la salsa en passant par la batchata... Alors que pour mon premier album je n'avais pas réalisé les arrangements moi-même, ce n'est pas le cas pour ce nouvel album dans lequel mon univers sera donc plus perceptible et plus personnel.

- Pour le réaliser, vous rechercez des fonds sur My Major Company. En quoi cette collecte va-elle vous aider ?
Ce passage par My Major Company a deux objectifs. Contribuer à mieux faire connaitre et partager mon projet musical. Plus prosaïquement, il vise aussi bien sûr à collecter des fonds pour contribuer au financement de nouvel album que j'auto-produit.

- Avez-vous des concerts de prévus ?
Dans l'immédiat, mes seuls concerts prévus sont ceux avec le groupe Nuevitas avec qui je collabore. Nos prochaines dates sont de salsa cubaine et de salsa portoricaine à l'occasion du Téléthon. Puis toujours à Rennes, nous serons le 12 décembre à la CAFET’ (Tour d’Auvergne) pour présenter un nouveau répertoire.

- D'autres projets sont-ils dans les cartons ?
Cela fait déjà quelque temps que je pense à la réalisation d'un clip vidéo pour illustrer et donner corps à l'une de mes compositions préférées....

- Un dernier mot pour conclure ?
Venez me découvrir sur mon site ou sur ma chaine Youtube.
Venez également nombreux me soutenir dans mon nouveau projet sur My major company. J'ai besoin de votre aide et de vote soutien !

Merci à Judy Diaz d'avoir présenté son prochain album dans cette interview.
Vous pouvez également la retrouver sur sa page Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire