Publicité

Michaël Ligouy présente son prochain album

Michaël Ligouy présente son prochain album en cours de financement sur Ulule. L'auxerrois sortira son album 14 titres en 2016.

Michaël Ligouy

- Est-il possible de vous présenter et de retracer votre parcours pour commencer ?
Je m’appelle Michaël Ligouy, j'ai 36 ans. Originaire du Cher. Je suis dessinateur industriel de profession. J'ai commencé la musique à 20 ans, par la guitare, j'ai monté un groupe 2 ans plus tard. J'ai été bassiste pendant 5 ans dans le groupe The Farows à Nevers.

- Parlez nous de votre univers musical... Vous êtes d'ailleurs fan de Bruce Springsteen, pourquoi ?
C'est mon frère ainé qui après être allé aux Etats Unis a ramené des albums de Bruce, je pense que ça vient de là. J'ai eu mon époque Elvis Presley aussi, je ne l'écoute plus mais ça reste une référence pour moi. D’ailleurs Bruce en est fan aussi.
Ben Harper, Chris Isaak m'ont marqué aussi. Dans les artistes Français, Blankass, Au ptit bonheur, Depalmas, Mahé, Souchon...
Maintenant j'ai tendance à écouter des bonnes radios, pour m'ouvrir davantage. Je trouve qu'on vit à époque très prolifique et le niveau est très bon. Je n'aime plus forcément un artiste mais tel morceau de tel artiste.

- Auteur, compositeur, interprète et vous jouez également de plusieurs instruments. Vous êtes un artiste polyvalent, comment vous est venu cette passion ?
Cette passion m'est venu par le chant. Je me suis rendu compte que jouer d'un instrument serait complémentaire voir indispensable. Mais voilà personne dans ma famille ou autour de moi ne jouait de la musique. Mes frères ainés ont eu droit à des cours de musique mais ils ont très vite abandonné. Du coup je croyais que c'était pas possible, que dans notre famille on avait pas le don pour la musique. C'est pour ça que j'ai commencé très tard.
J'ai monté un groupe, on était pas très bon mais c'était formateur. Dans un groupe pour évoluer, rapidement il faut se mettre à composer. Et c'est là que les choses ce compliquent. Il m'a fallu des années pour écrire des chansons qui tiennent la route, trouver son style. Je me suis rendu compte qu'il peut y avoir une grande différence entre ce que l'on écoute et ce que l'on fait et je pense qu'il faut savoir l'accepter.
Pour mes enregistrement,j'ai acheté une basse, je voulais juste faire des lignes de basse basique. Un jour quand j'étais à Nevers, j'ai vu groupe qui débutait et il leur manquait un bassiste. Je leur ai demandé si il accepterait un débutant : j'y suis resté pendant 5 ans, j'ai vraiment aimé, c'était le groupe The Farows.

- Parlez nous de votre titre Debout devant toi...
La musique est né il y a 3 ans. j'ai fini les paroles il y a un mois. Elle fonctionne avec une opposition entre le couplet et le refrain, avec un refrain positif, voilà comment sont nées les paroles. Elle est à la fois triste et joyeuse, abstraite et concrète.

- C'est aussi un message d'espoir. Cette chanson m'a fait penser au 13 novembre 2015 et à ce qu'il c'est passé, d'autant plus qu'on voit la mention "Je suis Charlie" dans le clip. Quel est votre sentiment à l'égard de tout cela ?
Oui c'est en quelque sorte un message d’espoir dans le sens ou l'homme à vraiment de la ressource. C'est vrai qu'on peut faire un lien. Le clip a été tourné au skate park d'Auxerre, vous pouvez y voir de magnifiques graffs. Le graff "Je suis charlie" je m'en suis rendu compte au montage, et j'ai trouvé ça amusant, c'est un pur hasard.
Mon sentiment à cet égard : en se moment je me suis un peu déconnecté de l'info, j'ai volontairement plus de télé. Je suis évidement triste pour ce qui c'est passé, et j'aimerai comprendre pourquoi ont en est arrivé là.

- Comment s'appelera votre album qui doit sortir début 2016 ?
Au début je pensais à "Un par un", car c'est la première chanson dont je suis fier et c'est elle qui m'a donné envie d'écrire l'album. En gros cette chanson explique qu'il faut combattre ces démons, résoudre les problèmes un par un.
Dans mon cas précis, je m'étais dit que écrire des textes c’était pas pour moi, qu'on ne peut pas faire sonner le français, que ma voie est pas terrible... et bien je me suis astreint à écrire, à travailler et arrêter de m'inventer des excuses et ça commence à porter ces fruits. Mais bizarrement personne m'en parle de cette chansons donc on verra.

- Vous financez actuellement cet album sur Ulule. Pourquoi et quel argument pouvez-vous donner aux lecteurs pour vous aider ?
Sur le site de Ulule, je l'explique en partie :
Je me lance dans cette campagne de financement participatif principalement pour 3 raisons :
- Me donner une motivation supplémentaire pour finaliser ce projet
- Me donner plus de moyens pour augmenter la qualité finale
-Je trouve cette formule intéressante car elle donne la possibilité à une personne de soutenir concrètement un projet, de façon relativement simple.
Dans mon cas précis ça me permet aussi de tenir informé ma famille, mes amis sur ce que je fais, assez en amont. 95% du financement vient de gens que je connais directement.
Concernant les arguments :
J'ai mis pas mal de chansons en ligne pour que le lecteur ce fasse une idée de l'album, un clip. J'explique qui je suis d’où je viens, pourquoi je le fais.

 

Vous pouvez aider au financement de l'album de Michaël Ligouy sur Ulule.

 

- J'ai cru comprendre que vous souhaitiez participer au Printemps de Bourges en 2016. Qu'attendez-vous de cette aventure ?
Oui effectivement. Quand j'ai un objectif avec une dead line, je suis toujours plus efficace, le résultat est que en peu de temps j'ai finalisé certaines compositions, j'ai fait un clip exprès. Une fois que j'avais ce clip, j'ai pu démarrer la campagne de financement participatif. Donc à peine commencé, cette expérience est déjà positive.
Ce que j’attends de cette aventure : pas grand chose, 80 groupes postulent au niveau de la Bourgogne, 5 sont retenus pour la scène du Silex. La concurrence va être rude mais on ne sait jamais.

- Avez-vous d'autres scènes ou projets de prévu prochainement ?
Une fois que l'album sera terminé, j'aimerai monter un groupe pour jouer à Garçon la note à Auxerre ou autre pour tester réellement les compos. Par contre si je suis sélectionné pour le Printemps de Bourges, je vais accélérer les choses.

- Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Cette aventure est né d'un échec. J'ai été licencié il y a 1 an et demi. Et j'ai cette phrase d'Henri Ford qui me revient souvent en tête : "un échec est une formidable opportunité pour recommencer plus intelligemment".
Je suis en train de recommencer, mais plus intelligemment.

Merci à Michaël Ligouy d'avoir répondu à nos questions dans cette interview.
Vous pouvez également le retrouver sur sa page Facebook.

Clip Debout devant toi

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire