Publicité

Interview : Les yeux d'la tête prépare son 3ème album

Le groupe Les yeux d'la tête prépare activement son 3ème album prévu pour mars 2016, qu'il nous présente dans cette interview exclusive. Suivra alors une tournée de concerts à travers toute l'Europe.

Groupe : Les yeux d'la tête

- Est-il possible de nous présenter le groupe Les yeux d'la tête pour commencer ?
Bonjour. Nous sommes un groupe de chanson française, avec des influences musicales assez variées. Nous puisons dans les musiques du monde, le swing, le balkan, la musique gitane mais aussi le rock, la folk et parfois même quelques détours hip hop ou électro… Nous ne sommes pas rattachés à un style propre, nous aimons explorer nos goûts divers pour mettre en musique nos textes.
Nous sommes de Paris. Le groupe a été fondé en 2006 par Guillaume et moi (Benoit).

- Antoine, votre accordéoniste vient de quitter le groupe. Pas trop triste ?
Oui un peu triste c’est sûr ! D’autant qu’il était là depuis le tout début. Donc le son qu’il apportait a toujours fait partie de nous et de notre couleur. Mais son départ s’est fait très naturellement et sereinement. Nous resterons évidemment très en contact c’est un ami avant tout.

- Parlez nous de votre titre Sois belle et tais toi...
Tout est dit dans le refrain : « sois belle et tais toi, mais non, sois toi et t’es belle... »
C’est un texte que j’avais envie d’écrire depuis longtemps, un sujet qui me tenait très à cœur. Cette envie de dire aux femmes, et à tout le monde, de s’assumer, d’être fièr(e) de soi, de se trouver belle ou beau, et de ne pas subir le poids du regard et de l’image qu’impose notre société. Ça rend des personnes malades de se comparer tout le temps, de se juger par rapport à des canons complètement subjectifs et véhiculés par la mode, le cinéma, la télé, la pub, les journaux… par une certaine élite du physique. J’aimerai que tout ne soit pas décidé, conduit par le physique. L’important c’est de se sentir bien, d’être soi même pour bien vivre, s’épanouir et donc rayonner.
La vraie beauté est celle de l’âme, ne l’oublions pas...

- Pouvez-vous nous présenter votre single I don't speak english ?
Ce morceau est né d’une envie de défendre la chanson française, les textes en français. C’est comme une chiquenaude à tous ces groupes français qui chantent en anglais, pour faire plus « fashion » plus « tendance ». Aujourd’hui pour passer à la radio, à la télé il faudrait chanter en anglais ? On est obligés d’imposer des quotas aux radios pour qu’ils passent du français c’est terrible... Donc cette envie de dire que non, je ne chante pas en anglais, ma langue maternelle c’est le français, c’est une belle langue, j’y crois, il faut qu’elle soit plus assumée et plus valorisée, plus respectée et tant pis si je ne suis pas dans les critères médiatiques... Finalement ça rejoint un peu Sois belle et tais toi… ce fait d’assumer ce que l’on est et ne pas subir ce qu’une partie du monde essaye d’imposer comme étant ce vers quoi il faudrait à tout prix aller.

Le titre I don't speak english est disponible sur iTunes.

- Que contiendra votre 3ème album qui sortira en mars 2016 ?
Sur ce nouvel album, on a voulu revenir un peu sur un côté plus acoustique qu’on avait dans les débuts, mettre un peu plus en valeur le côté chanson du groupe. On a exploré sur l’album précédent, Madones, des facettes un peu plus rock, là on revient un peu plus vers le swing et la chanson. Bien sûr il y a toujours quelques guitares électriques qui trainent ;)  Et un côté assez world aussi. On a changé de batteur depuis Madones et le nouveau, Xavier, a apporté pas mal de sonorités world, de percussions qui nous plaisent bien, du coup on en a profité et exploré aussi ces influences là. Avec toujours notre goût pour les musiques de l’est, le manouche et la gouaille parisienne. Et au niveau des textes il y a aussi un peu plus d’engagement qu’auparavant. Nous ne sommes pas un groupe politique avec des textes porte-drapeaux mais nous avons voulu aborder des thèmes, plus humains que politiques, sur des sujets qui ont fait la triste actualité ces derniers temps. Comme les frontières, less exclus, la liberté, les utopies, les abus de l’homme sur l’homme, sur la nature… Ce sont des thèmes, des textes que nous avons écrits il y a plusieurs mois déjà et qui ressurgissent en ce moment dans l’actu, ce qui nous laisse à penser que nous sommes dans le vrai et qu’il est nécessaire d’aborder ces sujets.

 

- Pour le réaliser, vous faites une collecte de fonds sur Ulule. Pouvez-vous donner un argument pour vous aider ?
Participer au financement sur Ulule, ou d’autres sites du genre, c’est aider directement les artistes, aider directement les œuvres et leur mise en lumière. Les gens savent pour quoi ils aident. Ce n’est pas engraisser des patrons déjà bien assez riches ou donner à des grosses sociétés dont on ignore où ira l’argent. Nous avons toujours fonctionné en autoprod, nous avons monté nous même une structure pour gérer l’administratif de projet, cela demande beaucoup de travail autre qu’artistique mais ça nous permet aussi d’être libres, de garder le contrôle de nos décisions artistiques et de valoriser une façon de faire beaucoup plus humaine et éthique.
Nous voulons mettre le moins d’intermédiaires possible entre nous et le public. Et nous croyons dur que c’est un système qui a de l’avenir. Dans ces temps post traumatiques de crise du disque et de la filière musicale, tout se repense, se réorganise et à l’instar de l’économie classique, la tendance est au rapprochement producteur-consommateur. Nous savons que notre public est fort et présent et choisit ce qu’il veut. Et nous voulons être proches de ceux qui nous soutiennent et en toute transparence.

 

Vous pouvez soutenir le projet d'album Des yeux d'la tête sur Ulule.

 

- Est-il possible d'avoir une anecdote ou une indiscrétion sur l'album ?
Nous avons eu la chance d’accueillir un certain Antoine Allièse et son accordéon sur quelques morceaux ;)

- En 2010, vous avez fait la première partie de M aux Francofolies de la Rochelle. Quel souvenir en gardez-vous ?
Un souvenir inoubliable évidemment. La scène des Franco est une des plus belles des festivals français. Et entendre 15 000 personnes chanter A LA FOLIE en chœur avec nous, alors qu’ils nous découvraient, est quelque chose d’intense que l’on n’oubliera pas de si tôt. Jusqu'à ce qu’on y retourne ;)
Et –M- on a eu la chance de poursuivre la soirée un peu avec lui et de faire une jam improvisée dans l’espace pro derrière la scène tard dans la soirée. Il y avait aussi Izia et les musiciens de General Electriks c’était un pur moment de rock’n’roll.

- Vous avez fait des centaines de concerts partout en Europe, comment est accueillie votre musique et comment vivez-vous cette effervescence ?
Notre musique est très bien accueillie à l’étranger. Comme quoi on n’est pas obligés de chanter en anglais pour s’exporter… Au départ c’était assez intrigant d’aller chanter devant des gens qui ne parlent pas notre langue mais c’est vite devenu un plaisir immense de voir que les émotions réussissent à passer aussi par les notes, la musique, les yeux… Et on a toujours rêvé de voyager le plus possible grâce à notre musique, nous avons réussi. Bon il nous reste pas mal de pays à traverser certes mais ça motive pour la suite. La conquête du monde est devant nous !

- Avez-vous des dates de prévues prochainement ?
Oui nous avons déjà un mois de tournée confirmé en Allemagne du 15 février au 15 mars, avec quelques passages en Autriche, République Tchèque et Hongrie. L’album va sortir en magasin dans ces pays pour la première fois donc nous serons sur scène tous les soirs pour le défendre.
Aussi en France de nombreuses dates sont prévues à partir de Mars, sur tout le territoire. Nous diffuserons très bientôt toutes les dates de concert.
Belgique et Angleterre aussi vers l’été. Un beau programme nous attend sur 2016.
Et nous avons le concert de sortie d’album en France qui doit se faire à Paris le 8 avril au Bataclan. Nous avons annoncé cela le jeudi 12 novembre, la veille des terribles attaques. Donc pour l’instant nous ne savons pas trop si ce concert est maintenu. Nous laissons le Bataclan faire son horrible deuil et on aura des infos prochainement.

- D'autres projets en vue ?
On a prévu d’enregistrer un album live pendant la tournée 2016…

- Un dernier mot pour conclure ?
Vive l’amour, la musique et la liberté !

Merci au groupe Les yeux d'la tête de nous avoir présenter leur futur album et parlé de leurs projets dans cette interview !
Vous pouvez également les retrouver sur Facebook ou sur leur site internet.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire