Publicité

Interview : découvrez l'album The drugs inside d'Osmosis

Découvrez l'album The drugs inside qu'Osmosis est en train de réaliser. Parmis ses univers, on retrouve du rock ou du blues, mais pas que...
La suite c'est ce jeune artiste qui nous la raconte dans cette interview.

Osmosis

- Pouvez-vous vous présenter pour commencer ?
Je m'appelle Stéphane Alguémi, et depuis maintenant un an, je mène le projet Osmosis, en tant qu'auteur compositeur interprète. (J'y interprète tous les instruments à l'exception de la batterie, rajoutée par ordinateur). Je suis également, lycéen, au lycée Cassini de Clermont-de-l'Oise. 

- Parlez nous de votre univers musical...
Mon univers musical est assez vaste. J'écoute, pour ma part d'absolument tout. Beaucoup de blues, de rock/hardrock/metal, de rock psychédélique, du jazz, du rap du reggae, de la country etc. Ma musique s'en retrouve donc toute influencée : mon album contient du rock, beaucoup de psyché, un peu de country, de hard, de blues... Et même un essai sur de la musique orientale...

- D'où vous est venu votre passion pour la musique et le rock ?
Ma passion pour la musique remonte à mon enfance, et aux artistes que mes parents me faisaient découvrir, qui allaient des Berruriers Noirs à Toto, ou même Alain Souchon... Pour ma part j'avais un chouchou : Yannick Noah, je crois que ça doit être mon premier coup de coeur musical...

- Pouvez-vous nous présenter l'album The drugs inside ?
L'album The Drugs Inside est un album que j'ai composé pendant toute l'année 2015. J'ai voulu, au travers des 11 titres qui le composent, faire références à tout ce qui altère la conscience, que ça soit la drogue, ou la peur, la joie, etc. Je pense que cet album peut être considéré comme une exploration de l'esprit, un genre de psychonautisme. Les chansons le composant vont du metal à la musique orientale, en passant par le hard rock, le heavy blues, etc... Il est très riche, il contient beaucoup de styles différents, avec une approche assez centrée sur la guitare. Je suis moi même guitariste, alors je pense que cet album pourra plaire aux autres guitaristes. 

- Depuis un an vous commencez à vous faire connaitre sous le nom d'Osmosis et déjà une maison de disque souhaite nouer un partenariat avec vous. En étiez-vous surpris et que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
Tout simplement, quand j'ai commencé à avoir assez de chanson pour presque remplir un album... J'ai décidé de contacter des maisons de disque. Musea m'ont rapidement répondu, ils ont eu l'air de s'intéresser à ma musique. Ils m'ont donc demandé de finir l'album et de leur faire parvenir, afin d'envisager, ou non une collaboration. Dire que je suis surpris... Oui, franchement, oui. J'ai commencé ça de façon tellement banale et... Je me retrouve après moins d'un an avec une maison de disque, des passages sur plusieurs radios, journaux locaux etc. Tout va tellement vite, il me faut parfois un peu de temps pour relativiser les choses, mais une chose est sûre, je suis heureux de ce qu'il m'arrive, et j'ai avec moi une équipe toujours prête à me soutenir, des gens que je ne saurais remercier.

- Vous devriez même avoir des promotions dans de grandes enseignes culturelles...
Musea est partenaire de grandes plateformes telles que Amazon, Spotify, Deezer, Itunes etc. L'album sera donc disponible en streaming/Téléchargement, via ces plateformes. Pour ce qui est de la vente dans des grandes enseignes telles que Cultura ou Fnac, cela dépendra de leur choix. Je n'ai pas garantie qu'ils accepteront de vendre le CD, on verra. 

- Vous réalisez actuellement une collecte de fonds sur My Major Company. A quoi va-elle servir et quel argument pouvez-vous nous donner pour vous aider ?
La campagne de financement participatif que je mène a un but précis : financer le pressage de l'album. Musea s'occupe de la promotion de cet opus, mais les frais de production (se situant entre 800 et 900 euros pour 500 exemplaires) restent à ma charge. Mais comme chacun peut se douter, à 17 ans, en étant étudiant... Même en donnant 4 heures de cours de guitare par semaine, ce que je fais, 900 euros reste une somme qui relève du gain à la loterie. C'est pourquoi j'ai lancé cette campagne, en m'appuyant sur les gens qui acceptent de soutenir mon projet, je rajouterai mes fonds personnels, afin de pouvoir financer le pressage de l'album ! Les gens qui participent au financement du CD recevront des contreparties à hauteur de leur don : titres gratuits, albums gratuits, titres inédits...

 

Vous pouvez soutenir le projet d'Osmosis sur My Major Company jusqu'au 19 décembre 2015.

 

- Si tout se passe bien, l'album devrait être prêt pour les fêtes de Noël ?
Ca dépend. Si la campagne atteint 900 euros avant la date du 19/12 (date prévue par le site), je ne pourrai pas le retirer du site, mais je pourrai faire une avance et régler le pressage, ce qui me donnera une meilleure possibilité de choix quant à la date de sortie de l'album. Ainsi, plus le financement arrive rapidement, plus vite l'album suivra...

- Rappelons que vous êtes étudiant. Aimeriez-vous percer dans la musique si l'opportunité se créait ?
Qui n'en rêverait pas ? C'est le rêve de tout musicien, du moins j'en ai l'impression. Je garde cependant la tête sur les épaules : le rock en général se vend de moins en moins, les albums également... Je ne vise pas le succès planétaire, j'ai juste envie de savoir que des gens, où qu'ils soient, puissent écouter et apprécier ma musique, qu'ils puissent voyager comme j'ai pu voyager avec de la musique quand j'étais enfant, qu'ils rêvent comme j'ai rêvé. C'est un rêve que je fais tout pour atteindre...

- Avec quel artiste rêveriez-vous de faire un titre ?
Haha, la question piège... Il y en a tellement. J'ai déjà collaboré avec le musicien allemand Michael J. Burkard, sur le titre Levitate II, ce fut une expérience géniale. Il faut rester dans le réalisable musicalement parlant... Ainsi, une collaboration, avec un DJ, aussi surprenant que cela puisse-paraître, me tenterait énormément. J'aime toucher à tous les styles, alors j'adorerais me découvrir en participant à un titre éléctro/dub ! (Si jamais vous connaissez quelqu'un haha). 

- Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Pour conclure, j'aimerais remercier les gens qui soutiennent mon projet, que ça soit financièrement parlant, ou amicalement parlant. Comme beaucoup l'ont dit avant moi, la musique n'est rien sans oreilles pour l'écouter...
Pour ceux qui ne me connaissent pas, je vous invite à aller voir le clip vidéo (réalisé avec Juliette Poulain) du dernier extrait de mon album : un subtile mélange de hard rock bluesy, et de rock psychédélique aérien, rêveur... 

Merci à Osmosis d'avoir répondu à nos questions !
Vous pouvez également le retrouver sur sa page Facebook.

 

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire