Publicité

Interview avec l'artiste 1 sur G

Découvrez le chanteur belge 1 sur G qui nous présente ses derniers titres. 1surG est également un artiste humanitaire et engagé, l'occasion d'en savoir un peu plus sur ses motivations.

1surG - Pochette single Bienvenue

- Pouvez-vous vous présenter pour commencer ?
Je m´appelle Yves. J´ai grandi à Bruxelles dans le milieu Hip-Hop dans les années 1990-2000.
J´ai commencé la musique assez jeune. J ai commencé par l´écriture, avant de me mettre ensuite au rap et à la composition. Plus tard, je me suis lancé également dans l´infographie et la réalisation vidéo.
Mes parents sont issus de milieux modestes, ce qui m´a donné la chance de grandir au sein d´une large mixité sociale et culturelle. Cela a nourri en moi une véritable vocation humanitaire, une envie de voyager, de découvrir le monde, et de lutter contre les injustices.
Je suis ainsi impliqué dans le travail social et dans des missions humanitaires depuis pas mal d´années.

- L'été dernier le clip Racines a fait un buzz considérable. Afin de promouvoir le rap et le hip-hop, vous avez ridiculisé Booba et Kaaris...
A la base, le texte de la chanson Racines est issue d´ateliers que je donne aux enfants et ados. Dans ces ateliers, je reviens sur les origines et les mouvement sociaux qui ont amené le Hip-Hop aux USA, depuis l´arrivée des esclaves d´Afrique, le commerce triangulaire, l´abolition de l´esclavage, la guerre de sécession, les guerres mondiales, la lutte pour les droits civiques, les Blacks Panthers,...  
Dans ces ateliers, nous voyons l´interaction qu´il existe entre les nouvelles musiques et les contextes social et politique dans lesquels celles-ci émergent. La musique permet ainsi d´intéresser les jeunes à des sujets d´histoire qu´ils rebuteraient autrement.
Le Hip-Hop, en ce y-compris la musique rap, est un mouvement communautaire qui prétend défendre certaines valeurs, telles la paix, l´amour, l´unité, le respect.
Quand je me retrouve face à ces enfants ou ados, c´est quelque chose qu´ils ignorent absolument. 
Je commence toujours mes ateliers en leur demandant qui est fan de Hip-Hop, de rap. Puis je leur demande ce qu´ils écoutent. A chaque fois, ils se disent tous ultrafans de Hip-Hop, de rap, de Booba, de Kaaris, de La Fouine, mais ils ne connaissent pas les valeurs de ce mouvement. Ils sont nourris par l´apologie de la violence, des drogues, de l´individualisme, de la surconsommation et du matérialisme, prônée par leurs idoles et modèles.
Quand j´ai fait le clip Racines, l´objectif était de m´adresser à ces jeunes, comme je peux le faire dans mes ateliers, en utilisant des codes auxquels ils sont réceptifs (Booba, Kaaris, les clashs, la violence, la sexualité,...) pour leur amener un message positif et plus proche des valeurs originelles du Hip-Hop.
Aussi, en ridiculisant Booba et Kaaris, c'était une façon pour moi de ridiculiser également leurs paroles, afin qu´elles ne soient pas prises aux sérieux par les jeunes qui les écoutent.
Je pense qu´il est dangereux pour un ado qui écoute du Booba ou du Kaaris à longueur de journée, de prendre leurs gestes et paroles au sérieux, quand on sait les messages véhiculés par ceux-ci.

- Avez-vous eu un retour de ces artistes ?
Pas vraiment. En fait, je pense qu´ils souhaitaient tous les 2 que le clip ne fasse pas trop de bruit. Car ils auraient eu à s´exprimer à ce sujet si cela avait été le cas. Ce qu´ils ne voulaient évidemment pas, car cela les aurait amenés à devoir répondre à beaucoup de questions de fond sur leur musique.
Avant de sortir le clip, je les avais contacté tous les 2 par mail. Je leur avais envoyé le clip avant tout le monde. Je ne voulais pas que la sortie du clip se fasse derrière leur dos.

- Quel est votre rappeur ou artiste préféré ?
Il y en a tellement. J´écoute vraiment de tout : funk, reggae, afrobeat, rock, jazz, rap, soul,...
J'aime beaucoup Curtis Mayfield, Fela Kuti, Nneka, Groundation, Leela James, Arrested Development, Dave Brubeck, Tiken Jah Fakoly,...

 

Vous pouvez vous procurer le single Racines sur iTunes.

 

- Vous êtes également un chanteur engagé. Parlez nous du titre Bienvenue.
J ai écrit cette chanson pour ma fille, avant sa naissance.
Dans la chanson, je lui parle de la beauté infinie de ce monde et de l'importance de ne jamais perdre cela de vue.
Que peut importe les difficultés et les méfaits de l'Homme, en elle réside l'amour, le courage et la sagesse pour ne pas laisser ces comportements l'envahir et dicter ses actes.
L'enfant de l'univers c'est elle, mais aussi chacun de nous. Car nous tous avons cette force en nous.

- Le clip a été tourné au Sénégal avec une association humanitaire, pouvez-vous nous dire comment s'est passé cette rencontre ?
J'étais déjà impliqué dans des actions sociales et humanitaires depuis pas mal d'années.
Aussi, en ce moment-la, j'organisais des soirées-concerts Family Jam au profil de causes. Le principe était de faire venir plusieurs artistes à une même soirée pour des courts concerts et une jam. Les artistes venaient bénévolement et toutes les entrées étaient volontaires et reversées au profit d'une association.
Je connaissais déjà Samira qui avait monté son association Dafa Yow, et cela a été logique pour moi de l'inviter, car je la savais impliquée et honnête.
Plus tard, une mission d'un mois au Sénégal a été organisée par l'association Dafa Yow. Ils recherchaient plusieurs volontaires, dont un éducateur/animateur pour s'occuper des enfants sur place et créer des activités avec eux.
Comme j'avais déja effectué le meme type de mission à Madagascar auparavant, et que j'avais déjà travaillé en tant qu'éducateur en Belgique et au Canada, j'ai proposé mes services à Samira pour prendre part à la mission Dafa Yow.  

 

Le single Bienvenue est disponible sur iTunes.

 

- Pouvez-vous dire quelques mots sur l'association Dafa Yow...
L'association lutte pour offrir des meilleures conditions de vie aux enfants talibés au Sénégal. Lors de notre séjour, nous avons notamment rénové complètement un internat. Nous avons refait les lits, la peinture, les sanitaires, forer des puits,... Nous avons également offert des repas, créer des activités,...
L'association s'occupe également d'aider plusieurs daaras proches de Dakar, qui s'occupent d'accueillir des jeunes en difficulté, de leur offrir un toit, de la nourriture, des cours d'alphabétisation,...  

- Un album est prévu pour bientôt il me semble, que pourra-on retrouver dessus ?
Oui, il s appellera L'Envol. Il y a 11 morceaux sur l'album, dont le titre Bienvenue. Racines ne figurera pas dessus, si ce n'est en bonus.
Les 11 morceaux ont été clippés et sortiront au fur et à mesure pour lancer l'album durant le premier semestre 2016.
On trouvera de tout sur l'album en termes de forme musicale. J'aime et écoute de tout comme musique et je pense que cela se ressentira fort à l'écoute de L'Envol. Il y a des morceaux aux accents jazz, rock, musique andalouse, musique africaine,...
Au niveau de l'écriture par contre, l'album est vraiment homogène et forme un tout. Chaque thème est la suite du précédent. Les morceaux se suivent ainsi comme des chapitres d'un livre. Le thème général de l'album est la paix.

- Des concerts sont-ils prévus prochainement ?
Oui, nous prévoyons de tourner cet automne-hiver au Canada, avec quelques dates en Belgique pour début 2016. Des démarches sont également entreprises afin que nous puissions venir jouer au Sénégal et à Madagascar prochainement.

- Avez-vous d'autres projets ?
Oui, j'ai déjà écrit la moitié des textes et des compositions de mon prochain album.  
Et j'écris actuellement mon 3ème bouquin, en vue d'en réaliser un film.
J'essaie de ne pas me mettre trop de pression quant aux dates, l'important est que je sois fier de présenter mon travail quand il sortira.

- Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Je souhaite sincèrement remercier du fond du cœur tous les gens qui me suivent et je leur envoie plein de force et plein d'amour.

Merci à 1 sur G d'avoir répondu à nos questions pour cette interview !
Retrouvez également 1surG sur sa page Facebook.

 

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire