Publicité

Interview : 1TREUK nous présente son nouvel album "Retour dans les jours"

Le collectif 1TREUK se présente dans une interview exclusive accordée à Divertir, après la sortie de leur dernier album Retour dans les jours le 19 mai. Ils nous font partager leur univers.

Chaque album est unique, sur lequel chacun se forge sa propre opinion. On a trouvé l'album intéressant et qui mérite d'écouté.

1Treuk

Bonjour, 1TREUK est avant tout un collectif. Pouvez-vous vous présenter ?

Béocéa : 1TREUK est un collectif Hip-Hop composé de 5 Rappeurs et 2 DJ’s. Parmi les 5 rappeurs du collectif, 4 sont aussi beatmakers. Depuis 2003 on a sorti 16 projets.

(Consultez également la page de présentation).

Comment avez-vous formé le collectif et vous vous êtes rencontrés ?

Jeune KarnJeune Karn : A la base y a plusieurs groupes, Béocéa était dans Under8 avec S.e.D, Sobre, MAT et DJ Fresh.D formaient Experty. Moi-même Jeune Karn j'étais dans un autre Crew puis j'ai monté par la suite Crème de la crème qui est maintenant terminé. Disons que le 1TREUK c'est les plus motivés des motivés, ceux qui restent : les irréductibles. Ce qui nous rapproche c'est la passion avant tout.

BéocéaBéocéa : Certains se connaissaient du collège ou du lycée, pour les autres on avait des potes en commun. Au fur et à mesure on a commencé à rouler ensemble et à faire de la musique ensemble naturellement.

Parlez-nous de votre univers musical.

Béocéa : Chaque membre à son propre univers et ses propres influences. En ce qui me concerne je fais du rap sans étiquette ou style particulier. Peut-importe le style tant que ça sonne et que c’est bon, je valide.
Je dirais que ma musique est brute, sincère, et non-alignée sur les tendances dictées par la radio ou la télé.

Jeune Karn : Notre univers est large parce qu’on n’a pas découvert le rap l'année dernière, ce qui fait qu'on en écoute depuis plus de 15 ans et qu'on en fait au moins depuis 10 ans. Après la plupart des membres du groupe s'intéressent à ce qui se passe actuellement, on n’est pas enfermé dans les 90's. Moi ce que j'écoute en ce moment, c'est l'album de YG, tout ce que fait Moutarde, Rich Homie, Dom Kennedy etc. Après sur les influences y a de tout, variété française, soul, funk, jazz, électro... Quand t'es producteur il faut être curieux pas écouter que du rap 24 sur 24 sinon tu vas faire du Copycat. 

 

L'album Retour dans les jours (avec Jeune Karn et Béocéa) est sorti le 19 mai. Pouvez-vous nous en parler ?

Béocéa : C’est un album de 11 titres, orienté Hip-Hop de la fin des années 90. C’est coloré et chaud, avec des influences jazzy, funky et soul.
C’est un peu un retour dans les jours, dans le sens où c’est le genre de sonorités qu’on écoutait et qui étaient à la mode quand on a commencé à écouter du rap, vers le milieu des années 90.

Jeune Karn : C'est un format court 11 titres assez introspectif qui traite de beaucoup de sujets différents : la nostalgie des quasi-trentenaires, la pornographie, la relation avec le succès ou l’absence, les soirées, la musique, les filles bref la vie quoi. Au niveau de la musique, on a choisi plutôt des trucs chauds avec de la couleur, propice au récit, à la narration.

Info + : L'album est disponible en téléchargement légal sur le site d'1TREUK.

 

Dans votre dernier album, on sent un changement par rapport aux précédents ; dans une récente interview vous avez même parlé de vous être inspiré de la fin des années 90. Pouvez-vous nous parler de vos orientations dans la création de votre musique ?

Béocéa : Y’a pas d’orientations particulières me concernant. Je peux faire un projet « old-school », comme un projet « Trap ». Un son G-Funk comme un son typiquement New-Yorkais. Tout dépend de l’envie et de l’inspiration du moment.
Pour « Retour Dans Les Jours » le concept était justement de faire un projet homogène, avec le genre de sonorités dont on parlait juste avant.

Jeune Karn : On a fait ce choix dans « Retour dans les jours » qui traite pas mal de notre passé finalement, d'utiliser la musique qui nous a plu lorsqu'on a commencé à faire du rap donc à la fin des années 90, début des années 2000. L'idée c'est que ce genre de sons est plus facile pour raconter des souvenirs que de la Trap par exemple. Voilà pourquoi on s'est orienté vers ça. Maintenant c'est un « album concept ». Sur chaque projet on essaye d'amener une patte, le « Salaire de la peur » de M.A.T ne sonne pas comme « Cockpit » par exemple.

 

Comment êtes-vous perçu par le public et vos fans ?

Béocéa : Il faudrait leur demander.

Jeune Karn : Disons qu’on n’a pas encore un public extrêmement large, on essaye de se développer, de tourner, de promouvoir notre musique. Localement (à Caen) je pense que la plupart des gens qui écoutent du Hip-Hop nous connaissent. Y a ceux qui aiment qui respectent et ceux qui aiment pas. Au niveau du public, chacun a ses préférences, que ce soit dans les morceaux où les artistes. Il y a des gens qui apprécient un artiste du collectif et pas un autre et inversement mais au final y en a pour tous les goûts, comme au restaurant !

 

Vous serez le 7 juin en concert (au Hip-Hop Saturday Jam à Paris), où vous pourrez notamment présenter votre album pour la 1ère fois au public. Que ressentez-vous sur scène ?

Béocéa : C’est le partage avec le public, ça permet de voir quel morceau fonctionne ou pas, ce genre de choses. C’est toujours une fête et un moment, c’est convivial. C’est toujours cool d’avoir les retours des gens en direct, d’échanger un peu avec eux. On est à propos de ça.

 

Quelles sont vos relations avec les autres artistes ? Avec qui souhaiteriez-vous travailler prochainement ?

Béocéa : Nos relations sont bonnes à partir du moment où il y a du respect. Je peux ne pas aimer particulièrement un artiste, mais respecter son travail. La plupart des gens ne réalisent pas la quantité de travail nécessaire à la réalisation d’un album quand tu es tout seul, en autoproduction.
Sur mon prochain projet il y aura peu ou pas de feat, mais à l’avenir j’aimerais bosser avec des nouveaux artistes dont j’apprécie le travail, des mecs comme Jazzy Bazz par exemple, ou des anciens que j’écoute toujours comme Zoxea notamment.

Jeune Karn : On a des bonnes relations avec les gens qu'on a pu croiser. Moi personnellement j'apprécie de collaborer que ce soit au micro ou à la production.

 

D'autres albums sont déjà prévus pour la fin de l'année, à la fois au niveau solo mais aussi pour le collectif. Pouvez-vous nous en parler (peut-être même nous fournir une indiscrétion ou une exclu Sourire) ?

 

Jeune Karn : Y a l'album Cerbère de Sobre qui va pas tarder, un premier extrait est déjà disponible sur la toile.
Vous pourrez retrouver quelques surprises sur les feats mais j'en dis pas plus. En tout cas le projet est chaud.
Ensuite on arrive tous avec chacun notre truc et on inonde façon Wu-Tang !

Béocéa : M.A.T devrait sortir un single dans le courant de l’été.
Dikap travaille sur EP intitulé « Spiritus Sancti ».
Pour ma part je travaille actuellement sur l’écriture de mon prochain projet solo.
J’aimerais pouvoir le sortir vers Octobre 2014.

Un mot pour vos fans ?

Béocéa : Gros merci à ceux qui ont acheté notre album, votre soutient est apprécié à sa juste valeur.  Pour ceux qui ne nous connaissent pas, visitez notre site : on a 16 projets en écoute et téléchargement, venez tendre l’oreille !

Jeune Karn : Merci à tous ceux qui ont acheté « Retour Dans Les Jours », ça fait chaud de voir qu'il y a du soutien. Et restez branché y a pleins de trucs qui arrivent, on taf tout ça, pour arriver vraiment chaud 2014 n'est pas fini !

Merci à Béocéa et Jeune Karn du collectif 1TREUK de nous avoir présenté leur dernier album Cool

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire