Publicité

Hybride : l'album de Mr Yéyé

Yéyé Liquini est chanteur compositeur depuis 2012. Résolument rock, il s'exprime en français dans ses chansons. Avec un large soutien de son public, Mr Yéyé va bientôt sortir son album Hybride qu'il présente dans cette interview.

Mr Yéyé - cover Hybride

Pouvez-vous vous présenter rapidement et nous parler de votre univers ?
Bonjour ! Eh bien je m’appelle Yéyé Liquini, j’ai 22 ans, et je suis le fondateur du projet musical Mr Yéyé. Concrètement c’est un projet qui a la volonté de se servir des nouvelles technologies et surtout des nouveaux moyens de communication (internet tout ça tout ça) pour mener à bien un délire sincère, sans compromis, juste : faire ce que j’aime. Du coup je fais du rock, avec pas mal d’influences bizarres comme l’electro, le metal (plutôt neo ou indus), le reggae, ou d’autres trucs, genre là j’ai un morceau avec un délire tango dedans, voilà voilà. Ah et c’est chanté en français, parce que mon accent anglais est catastrophique. Et donc j’ai sorti un premier album nommé Cabaret Noir en février 2016, qui s’est plutôt bien vendu pour un petit projet comme le mien, et en terme de chiffres ma chaîne youtube (dont je me sers pour communiquer avec mon public, c’est un peu le coeur du projet) a dépassé récemment les 28 000 abonnés.

Est-il possible de nous présenter votre 2ème album Hybride ?
En fait à la base, quand j’ai fondé Mr Yéyé en 2012, je voulais pas sortir d’album parce que j’estimais ne pas avoir le niveau (et c’était trèèès vrai), et surtout je voulais pas passer un ou deux ans sur un disque que personne écouterait. Du coup j’ai décidé de sortir plein de morceaux indépendants (environ un tous les mois), ce qui me permettait de progresser à mon rythme, autant en chant qu’en composition, en écriture, en production etc. tout en commençant à réunir un premier public. Assez rapidement mes morceaux se sont réunis en saisons, environ une par an, et au bout de la quatrième saison j’ai décidé de regrouper mes titres préférés sur un disque, pour en faire mon premier album. Et là j’ai lancé ma saison 5 en juin dernier, qui, une fois terminée, sera mon deuxième album, Hybride. Et comme un album ça coûte cher, j’ai décidé une fois de plus de faire appel à mon public, cette fois ci grâce à la magie du financement participatif, afin de se passer de financeurs extérieurs (producteur, maison de disque etc.) et ainsi garantir une totale indépendance au projet.

Pourquoi avoir choisi ce nom ?
Hybride c’est un nom que j’avais en tête depuis très longtemps pour ma saison 5, même bien avant que mon premier album sorte, car je trouvais qu’il représentait bien l’esprit du truc. Le mélange d’influences, une musique avec un son à l’américaine mais avec des textes en français etc. Et puis le premier album est sorti, qu’on a signé sur un petit label, et je me suis rendu compte que j’avais une double démarche : à la fois un délire très indépendant et actuel, internet, réseaux sociaux, des vlogs pour communiquer, et en même temps un côté plus traditionnel, en étant distribué dans les bacs par exemple. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de ce monde traditionnel de la musique, des maisons de disques etc., car il pouvait m’ouvrir des portes clairement inaccessibles par mes propres moyens. D’où le nom Hybride, mélange des deux démarches.

Peut-on en savoir plus sur le titre Fournaise et son clip ?
Fournaise est justement LE morceau qui développe le sens du nom Hybride. J’y raconte le fait que malgré mon désir d’indépendance, je suis tout à fait prêt à signer sur une grosse maison de disque, avec tous les inconvénients que ça peut avoir (notamment le fait qu’elles se servent grassement sur les bénéfices et n’en reversent pas assez aux artistes) mais en profitant de son énorme pouvoir promotionnel, le temps que mon public grandisse, pour redevenir indépendant à terme. Car quand je vois ce que j’arrive à faire avec ma ptite communauté et ma visibilité quand même très modeste, imaginer ce que je pourrais faire si mon projet était ne serait-ce que dix fois plus gros, ça fait rêver. C’est la taille de ton public qui te fait vivre. Donc si une maison de disque peut me faire découvrir à plus de monde, ainsi soit-il. Mais une fois que le public est là, c’est mission accomplie, retour à l’indépendance ! Et c’est de ça que parle Fournaise, noyé sous une grosse métaphore ah ah !

Vous indiquez qu'il est important de chanter dans une langue que l'on maitrise. Pourtant certains n'hésitent pas à faire des infidélités au français en se tournant vers l’anglais…
C’est important pour moi en effet, après chaque artiste fait comme bon lui semble ! J’écoute d’ailleurs beaucoup d’artistes français qui chantent en anglais, ça ne me pose pas de souci, je comprends le choix artistique, les sonorités, tout ça. Mais me concernant ouais je préfère le français, j’ai besoin de comprendre vraiment le sens des mots que j’utilise, leur histoire, leur contexte culturel. J’aurais du mal à faire de bons textes en anglais, pour nous les francophones ils auraient une sonorité intéressante, qui va bien au rock, mais les anglais les trouveraient sans doute assez creux. Déjà que je suis pas sûr d’écrire de bons textes dans ma langue maternelle, alors dans une langue que je maîtrise pas je te raconte pas le carnage ah ah !

Cet album c'est aussi toute une équipe qui y travaille depuis 3 ans. Comment se passe l'organisation, les échanges... ? Quelle est votre pensée vis à vis de ces personnes ?
Yep je suis entouré d’une équipe permanente de 5 personnes, il y a mes musiciens Baptiste, Axel et Maxime, qui est aussi mon tour manager, ainsi que Jonathan, qui sonorise nos concerts, et Julien, qui co-réalise mes clips avec moi, et est aussi mon manager. Il y a une super ambiance entre nous, on vit en collocation sur Paris, on est vraiment une bande de potes (même si la plupart d’entre nous ne nous connaissions pas avant Mr Yéyé) donc tout se passe bien. Personnellement je leur suis vraiment reconnaissant de se donner autant à fond dans un projet qui n’est pas le leur à la base. C’est mon projet solo, c’est à dire que je compose seul, et à aucun moment ils ne remettent ça en question, mais ils s’investissent autant que si c’était leur propre groupe, et ça c’est incroyable. C’est pour ça que je dis souvent : Mr Yéyé c’est un projet solo artistiquement, mais humainement c’est un groupe. Et ça se ressent quand on nous voit sur scène, c’est pas trois gonz un peu en retrait et un showman au milieu, c’est vraiment un groupe de rock, avec la complicité et l’unité d’un groupe de rock.

La liberté de composition et de ne dépendre d'aucun label, c'est important pour vous ?
Comme j’ai pu le dire un peu plus tôt, j’ai un avis assez nuancé sur la question des maisons de disques, j’y suis pas opposé car j’ai conscience de ce qu’ils peuvent apporter aux groupes. Mais il y a de plus en plus de labels plus humains, qui répartissent les bénéfices de plus façon plus équitable, qui laissent vraiment les artistes s’exprimer comme ils l’entendent, ça je trouve ça cool. Après dans mon cas le seul compromis que je suis pas du tout prêt à faire, c’est ma liberté artistique justement. Je fais pas de la musique pour obéir à quelqu’un, vraiment ça me ferait mal de devoir faire des concessions là dessus. En plus j’ai la chance d’avoir un public qui me suit complètement dans mes délires, quels qu’ils soient. L’autre compromis impossible c’est ma chaîne youtube, elle me permet de garder ma force de frappe, car c’est via elle que je communique principalement avec mon public. Tant qu’elle est là, je peux annoncer n’importe quel concert, sortir un album n’importe quand, je sais que mon public le verra. Et ça c’est inestimable.

Pensiez-vous que la collecte (financement participatif ) connaisse un succès fulgurant ? Que souhaitez-vous dire aux contributeurs ?
Non, clairement pas à ce point. Je savais que les 8 000€ que je demandais seraient atteints, mais clairement pas aussi vite, ils ont été dépassés en une journée ! Mon équipe voulait partir sur 15 000€, c’est moi qui ait paniqué et changé pour 8 000 au dernier moment ah ah ! Du coup, à tous les contributeurs, vraiment merci du fond du coeur de croire en mon projet, merci pour votre confiance, si cet album peut désormais se faire dans les meilleures conditions possibles, c’est grâce à vous ! On est à 14 000€ au moment où je réponds à cette interview, il reste encore un bout de chemin avant les 26 000€ qui sont le budget total, mais on y croit ! Chaque euro de plus est une banque de moins que j’ai à braquer pour financer ce qu’il manque, alors soyez cool !

Vous pouvez contribuer au financement de l'album Hybride de Mr Yéyé sur Ulule.

 

Vous espérez même produire des vinyles, alors que certains annoncent la mort du CD…
Ouaip, si les 200% de la somme initialement demandée sont dépassés, on rajoute une nouvelle contrepartie, qui sont des éditions vinyles de l’album ! Pour le coup je suis assez d’accord avec le fait que les CD sont en voie de disparition, il suffit de voir que les nouveaux autoradios et les nouveaux ordinateurs ne sont pas équipés pour en lire. Le digital sera devenu la norme d’ici une dizaine d’années. Mais le vinyle a ce côté « bel objet » que le CD a beaucoup moins. Pourquoi s’embêter avec une pochette toute petite et un son équivalent à celui qu’on a avec un abonnement Spotify, quand on peut avoir la même pochette en grand format et un son de fou dans son salon ? À titre personnel je n’achète ni CD ni vinyles, j’écoute tout en streaming (que je complète avec du piratage quand l’artiste n’est pas sur ces plateformes) et quand je suis vraiment fan j’achète un tshirt, mon budget ne me permet pas plus. Mais je trouve que quitte à acheter un objet, entre le CD et le vinyle, le vinyle a quand même 10 fois plus de charme.

2 morceaux inédits sont prévus si le financement participatif est dépassé. Sont-ils prêts ?
En effet, si les 100% (c’est à dire les 8000€ demandés) et 150% du financement sont dépassés (ce qui est arrivé du coup), j’avais promis de rajouter un puis deux morceaux à la tracklist de l’album. Et non ils ne sont pas prêts du tout, je compose mes morceaux un peu au fur et à mesure qu’ils sortent en fait. Pour être tout à fait honnête, la moitié de l’album est terminée, les trois prochains morceaux à sortir sont déjà prêts (plus qu’à tourner les clips), il me reste donc encore 7 morceaux à finir de composer et enregistrer, puis mixer etc. J’aime bien le fait de sortir un titre dès qu’il est terminé, ça donne un côté très direct et spontané à mon travail.

Quelle est l'ambiance de la bande au moment des enregistrements ?
Toujours très détendue, on sait où on va, ça se passe bien. Le fait qu’on enregistre tout dans ma chambre joue beaucoup là dedans, t’es forcément plus serein quand t’es posé sur ton lit avec ta gratte que quand t’es dans un studio où chaque heure te coûte un bras. Il y a que la batterie qu’on fait en studio, au Lovely Records en Bretagne, mais Maxime est super efficace, on a enregistré le premier album en deux jours, donc pareil, pas de stress, on déconne, on discute, c’est cool. Le fait qu’on soit autant des potes que des collègues aide vraiment à garder de la bonne humeur tout le temps.

De nouveaux clips sont prévus. Comment les imaginez-vous ?
Difficile de répondre sachant que chaque morceau de l’album a droit à son clip, dont 4 sont déjà sortis, ça en fait encore 10 à tourner, dont la plupart sont à peine ne serait-ce que pensés. Globalement le maître mot dans Mr Yéyé c’est de tendre toujours vers un mieux, améliorer la qualité de nos productions, progresser, apprendre. Vu que je réalise la plupart de mes clips en collaboration avec Julien, mon manager, on doit se débrouiller avec très peu de moyens, en complet amateur. L’idée c’est donc d’avoir l’air toujours plus pro alors qu’on fait ça avec des bouts de ficelle, et on s’en rapproche de plus en plus. Après on a pas la prétention de rivaliser avec de grosses prods, on a ni le budget ni l’expérience, et puis le côté « do it yourself » fait partie intégrante du projet depuis le début, ça fait son charme. Mais ouais, on veut proposer des clips de plus en plus beaux, de plus en plus aboutis, mais surtout de plus en plus pertinents. Si un clip très simple qui nous coûte 0€ est ce qu’on trouve de plus pertinent pour un titre en particulier, alors c’est celui là qu’on fera.

Peut-on en savoir plus sur le visuel de l'album, réalisé par Mawi ?
Mawi c’est une amie illustratrice, que j’ai rencontré via des potes en commun sur twitter, et quand j’ai eu l’idée du visuel de l’album c’est immédiatement à elle que j’ai pensé pour le réaliser. Mawi a ce style un peu ingénu et coloré que je voulais pour cet.te enfant masqué.e. Résultat je lui ai décrit mon personnage, et elle l’a fait, et c’était parfait. J’aime travailler avec des artistes qui n’auront pas besoin de se plier à mes exigences pour travailler, car ce que j’ai en tête correspond exactement au style de leurs productions habituelles, ils ont juste à se faire confiance et hop. J’ai la même démarche pour le mixage par exemple, je bosse avec Fred Duquesne (qui mixe pour Mass Hysteria, No One Is Innocent, Tagada Jones, Bukowski etc…) parce que c’est LE son que je cherche pour Mr Yéyé. Quant à la signification du dessin, je pense que ce que j’ai dit sur Hybride et Fournaise donne suffisamment de clés pour décrypter le sens de cet enfant portant un masque de tête de mort.

Pensez-vous que le milieu artistique a tout intérêt à être plus proche du public et à sortir du cadre conventionnel ?
Alors en fait ça dépend complètement de quel type d’artiste tu es. Si t’es du genre à bosser pour quelqu’un, et donc ta rémunération ne dépend pas du nombre de gens qui te suivent, tu peux complètement t’en battre les couilles du public, tu ne leur dois rien. Par contre si comme moi tu as besoin de remplir des salles de concert, de vendre beaucoup d’albums et beaucoup de produits dérivés, alors clairement, ouais, je pense que tu as tout intérêt à être proche de ton public, vu que c’est lui qui te file sa thune. Après ça dépend, si t’as un délire à la Stupeflip ou Ghost, avec tout un univers autour, le fait d’être très proche des gens peut casser la magie du truc. Mais dans le cas d’un projet « normal », comme Mr Yéyé, je trouve ça important de pouvoir discuter avec eux, les impliquer dedans, briser un peu la barrière. Après chacun le fait à sa façon et dans les proportions qui lui conviennent, mais clairement un groupe qui communique pas du tout, qui se contente de faire sa promo de façon froide, en tant qu’auditeur ça me frustre. Il manque un truc. Et j’invente rien là, il y a des tas d’études qui montrent une corrélation entre ton lien avec ta communauté et la fidélité de cette communauté. Être proche des gens, c’est rentable.

Quel souvenir gardez-vous de la dernière tournée ? Que vous procure la scène et le public ?
Un souvenir mitigé, parce que j’ai eu beaucoup de soucis de voix et de santé, j’ai été pas mal malade, c’est dommage, j’ai l’impression de pas avoir vécu le truc à fond. On a même failli annuler la deuxième moitié de la tournée, heureusement on a réussi à s’en sortir sans en arriver là. Mais à côté de ça c’était tellement cool. Partir entre potes sur la route, jouer tous les soirs devant des salles pleines à craquer, mais des salles à taille humaine, la plus grande faisait 200 places (la Boule Noire à Paris !) donc t’es vraiment proche des gens, tu peux échanger des vannes entre les morceaux et tout, c’est incroyable. J’ai l’impression d’être à contre-courant quand je dis que je préfère le travail de studio, parce que j’y retrouve tout l’aspect création, artistique, que j’aime tant, contrairement au live que je considère plutôt comme un sport. Mais je ne peux pas nier que les concerts, les tournées, ça reste une expérience à laquelle on devient vite accro.

Des concerts seront-ils prévus à l'occasion de l'album ?
On en a quelques uns au printemps et été 2017, de façon un peu clairsemée, mais l’album devrait sortir à l’automne, et on enchaîne direct sur notre troisième tournée autoproduite, la Fournaise Tour, pendant les vacances de la Toussaint. J’ai déjà hâte !

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Je voudrais te remercier toi là qui a lu cette interview en entier, j’espère ne pas t’avoir trop emmerdé avec mes conneries ! Si tu connaissais pas du tout mon délire, j’espère que ça t’a donné envie d’aller découvrir, et j’espère que ça te plaira ! Et merci à ceux qui me suivent, évidemment, je passe mon temps à les remercier. Des gros bisous.

Merci à Mr Yéyé d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez le également sur Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire