Publicité

Horse Raddish présente son futur album Haskalah

Horse Raddish s'aventure sur le chemin de la création originale pour son nouvel album Haskalah. Toujours sur le crédo du "do it yourself" en termes de production, cet album explore de nouveaux territoires imaginaires.

Horse Raddish - Haskalah

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de vos influences ?
Nos influences n'ont pas de limites, elles sont guidées par notre curiosité inassouvie. Elles puisent leurs sources dans les musiques traditionnelles d'Europe de l'est mais se métissent aussi par doses plus qu'homéopathiques avec le rock, le jazz d'aujourd'hui, les musiques afro-américaines les musiques caribéennes... 

Peut-on en savoir plus sur votre futur album Haskalah ?
C'est un album constitué exclusivement de créations, alors que notre album précédent Electric klezmer était plus centré - voir même décentré -  sur un répertoire de reprises. C'est une évolution naturelle dans notre chemin artistique, après nous être approprié un langage musical séculaire, il nous a semblé important de l'inclure dans un processus de création, de s'atteler à l'enrichir. Nous souhaitons apporter notre pierre à l'édifice.

Est-il de nous rappeler brièvement ce qu'est le mouvement Haskalah et pourquoi avoir choisi de faire un album à ce sujet ?
Le mouvement Haskalah est le mouvement des juifs des lumières, inspiré des théories des philosophes des lumières au 18ème siècle. Un mouvement de tolérance et d'ouverture, une révolution contre l'ordre établi. 

Comment avez-vous travaillé ensemble sur cet album, d'ailleurs je crois que les compositions ont été éprouvées sur scène... ?
Les compositions ont été préparées par principalement 2 membres du groupes : Michel Taïeb et moi-même (Michel Schick), mais aussi par Cédric Chatelain pour quelques remarquables transitions musicales ; nous les avons ensuite mises en commun lors de répétitions pour que chaque membre du collectif puisse se les approprier et proposer des parties spécifiques à son instrument, exprimer son talent et sublimer sa créativité. Au final c'est le groupe qui a fait les arrangements et donné vie aux morceaux. Tout a débuté lors d'une résidence de travail que nous avons fait à la MJC de Sens en 2017, puis nous avons commencé à intégrer ces nouveaux morceaux dans nos concerts, d'abord les plus évidents, puis les plus complexes à petites doses.

En quoi l'actualité a-elle influencée vos titres ou tout du moins comment vos textes se font-ils écho de ce qu'il se passe actuellement dans la société ?
Al'heure où les mouvements fondamentalistes de toutes religions tentent de nous imposer un modèle erroné alors qu'ils ne représentent qu'une minorité visible et bruyante, il nous semble important de sortir de notre zone de confort, résister à ceux qui veulent organiser notre régression.

Selon vous, qu'est ce qui est le plus important dans vos compositions et quelles sont les valeurs de la musique ?
La singularité des propositions musicales, l'exploration, l'expérimentation dans la contrainte d'un cadre pré-établi, la joie de briser ce cadre... Et la recherche du beau et de son contraire avec élégance, d'un média abstrait pour laisser déborder nos colères, nos joies, nos sentiments.
La musique porte des valeurs universelles, humaines, de partage, de fraternité, d'amour, elle exprime aussi toutes les manifestations de notre inconscient. 

Pourquoi réalisez-vous un financement participatif ?
A l'heure où l'industrie musicale traditionnelle tente de nous imposer un modèle formaté et périmé, notre luxe est de garder toute notre liberté de création, de ne pas nous laisser imposer une esthétique. Pas de compromis dans les choix, s'autoriser à s'égarer... Là est notre indépendance. Le financement participatif nous permet de financer un rêve sans avoir à s'abaisser à le déformer. Concrètement, les apports des contributeurs permettront de rembourser les dettes que nous avons contractées pour produire cet album et aussi en assurer la promotion pour lui donner la chance d'exister pour le plus grand nombre. 

Vous pouvez soutenir l'album Haskalah d'Horse Raddish sur Ulule.

 

Peut-on en savoir plus sur l'univers visuel de l'album ?
L'univers visuel de l'album est très puissant, il a été conçu par un artiste graphiste/illustrateur que nous admirons beaucoup : Jean Marc Denglos. Le visuel  du recto de la pochette est un golem stylisé avec une comète en orbite autour de lui. Le golem est une figure mystique dans la mythologie juive, qui nous paraissait compatible avec le coté rock-rebel qui passe dans notre musique. Jean Marc en a fait une figure massive, compact comme notre son, inquiétante comme une matière aussi dangereuse que précieuse. A l'intérieur du CD, on a aussi une photo de famille conviviale du groupe autour d'un chien, stylisée là aussi avec des branches et des racines, les racines de notre identité, les branches de nos cultures mélées.

Quelle est l'ambiance lors de vos concerts et comment ressentez-vous la scène ?
La scène est un moment osmotique essentiel pour notre équilibre mental, notre "dopamine",  un espace de danger à notre portée, comme la poutre pour une gymnaste. 

En quoi la notion de partage et d'échanges est importante lors de vos concerts ?
A quoi bon être seul ?

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Bien sûr, il faut soutenir ce projet - qui d'ailleurs n'est plus à l'état de projet - et aussi oser tenter le voyage pour nos prochains concerts. il y aura 2 "release party" parisiennes : le 4 mai 2019 à  la Java et le 31 mai 2019 au Studio de L'Ermitage en co-plateau avec la "crazy" Marjolaine Karlin. On espère vous y croiser.

Merci à Horse Raddish d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez les aussi sur Facebook.

HORSE RADDISH - Teaser

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire