Publicité

Holy Bones : l'album Silent Scream

Silent Scream, premier album de Holy Bones, crépite comme la BO d'un road trip dans les grands espaces, entre chien et loup, calme et violence, folk et rock'n'roll... Douze titres aériens aux harmonies planantes, où se mêlent des silences magnétiques, une intimité brute et des envolées psychédélique.

Holy Bones - Silent scream

Holy Bones évolue entre Folk et Rock'n'roll poussiéreux, autrement dit en territoire americana, dans les grands espaces du sud des Etats Unis, non loin de la frontière mexicaine ...

Influencés par Calexico, Nick Cave ou 16 Horsepower, nous défendons un son vintage et des compositions épurées, ou l'harmonie garde une place prépondérante, pour un répertoire calme et violent, intégrant le silence à son travail d'écriture.

Sur scène un dialogue magnétique entre guitares folk et psychées, un kick et une basse sobre illustrent des textes sombres et intimes portés par une voix mélancolique et parfois hurlante.

Une projection vidéo plonge l'ensemble du set dans une ambiance cinématographique, pour traverser le concert comme un paysage sonore.

Interview d'Holy Bones

Pouvez-vous nous présenter l'album Silent Scream et son univers et d'où vient l'idée du nom de l'album ?
Silent Scream, sorte d'oxymore, est notre façon de rendre hommage à  la notion de "dynamique" en musique, lorsque les silences se mêlent à des passages plus violents au sein d'un même répertoire, ce cri silencieux reflète un peu l'ambiance d"écriture de cet album totalement Folk, mais qui conserve un certain magnétisme sous jacent, prêt à basculer dans des sonorités électrique à certains moments.
On retrouve d'ailleurs sur le vinyle une "Sunnyside" avec les morceaux lumineux et une "Dark side" avec les morceaux sombres, cette dualité du répertoire s'inscrit aussi dans le paradoxe du Silent Scream.

Quelle importance accordez-vous à la partie instrumentale ?
Une importance capitale, c'est elle qui constitue l'âme et l'univers de ce disque, les textes ont pour vocation de porter la voix en tant qu'instrument et d'aborder des thèmes personnels, pour conserver une certaine authenticité dans l'interprétation, mais c'est bel et bien la musique qui pose le décors.

Le sud des Etats-Unis, près de la frontière mexicaine, a influencé l'album Silent Scream ; qu'est ce qui vous a motivé dans ce choix ?
Un mélange de culture cinématographique contemplative et western, toujours présente dans notre musique, l'impact de certains voyages, au Mexique notamment, et surtout le goût de ces grands espaces qui invite à une écriture aérienne et rocailleuse... Brute mais non dénuée d'une certaine élégance... En fond c'est ce que l'on recherche telle une quête mystique (dans le désert)  :)

Parlez nous du titre I feel for you...
Loin des yeux loin du coeur, un texte simple et métaphorique, avec peu de mots, sur l'impossibilité d'une "elle", un choix de proximité pour le mix de la voix pour accentuer le côté intime, l'arrangement est caractéristique de notre univers, de l'espace, pas de "solo" mais juste des thèmes, beaucoup de reverb, le genre de morceaux que l'on écoute au volant, à la tombée du jour. Un pont un peu plus lyrique au milieu avec un partie voix plus puissante raconte un peule chagrin... En écrivant ces lignes je men rends compte que c'est un authentique Silent Scream

Qu'est ce qui vous plait de chanter en anglais ?
Question piège... mais allons y. Essentiellement la possibilité de moduler la voix et de l'exploiter en tant qu'instrument, la langue anglaise est un miracle pour ça. Même avec un accent à couper au couteau comme le mien je trouve le propos plus crédible en anglais pour défendre une musique dans notre esthétique. L'option de chanter en français est tentante, meilleurs niveau littéraire plus d'authenticité dans le chant... mais un patine "chanson française", totalement parasite, dont il est presqu'impossible de se défaire. A moins de forcer sa voix pour la rendre moins francophone, plus groovy (Baschung chez qui ça marche très bien, Arthur H qui a une voix telle que bon..., Bertrand Belin pour qui ca fonctionne moins bien à mon goût, etc...) mais je ne suis pas fan de cette ruse, ou plutôt je ne l'ai pas dans mes cordes !
Je n'exclue pas d'écrire en français, mais je travaillerai à la sobriété des textes et j'irai chercher des tessitures plus aigues sans doute.
L'espagnol est une autre option étant donné que je parle couramment.

Quels ont été vos choix sur l'artwork de l'album où l'on vous voit près d'un grand arbre sans feuille ?
Pour l'art work, j'ai fait un recadrage d'une photo issue d'une série de test préparatoire au tournage d'un clip (Losing it all),  j'ai voulu mettre l'homme en solitaire face à la nature, plus grande, en sommeil, peut être morte, silencieuse comme le personnage.
L'abre crochue me plaisait, même mourant il est majestueux, une passerelle entre le monde des morts des vivants.
Pour le lettrage et la colorimétrie le parti pris était ultra folk 70's, couleur passées, sobre.

Peut-on en savoir plus sur le titre Loosing it all et son clip ?
Ce morceaux est la face sombre du projet, un homme marche sur un route comme sur une ligne de fuite, hanté par son double alcoolique, statique et contemplant le feu immobile, le texte parle de la perte de ce qui nous lie socialement, toujours de façon imagée et minimaliste. L'interférence entre les deux univers se poursuit jusqu'à la fin ou se mêlent les deux facettes : d'un coté une vision d'abime avec l'envol au dessus du feu la nuit et la folie du personnage,  et de l'autre la fuite, et le personnage qui arrive enfin à sortir de cette route, en avant globalement vers la lumière avec un éclairage vif, au lever du jour. On fini clairement sur la note d'espoir. Ca tient sans doute au fait que ce clip est plus un questionnement sur mes expérience que le symptôme d'un vrai malêtre.
Encore une fois des choses s'opposent, pour chercher à créer une dynamique.

Une indiscrétion à nous donner sur Silent Scream ?
Ce disque a été enregistré 2 fois ! L'écoute des premiers pré-mix nous a poussé à faire une saison de scène en plus avant de tour recommencer, la première version aura donc été une préprod. Nous en conservons d'ailleurs quelques titres pour des bonus, beaucoup plus rock.

Aurez-vous l'occasion de donner des concerts prochainement et que représente la scène pour vous ?
La scène est bien sur une étape importante pour faire vivre la musique, elle vit différemment à ces moments là. En tant que zicos ce sont les moments de communion et on cherche tous ça comme des insectes sur une ampoule, Mais le disque est pour moi primordiale, il survit au groupe, à l'actualité du projet, comme une photo.
Nous n'avons pas la chance d'avoir de booker donc les dates sont rares, nous sortons de la Bobine à Grenoble des abattoirs, SMAC de Bourgoin, les prochaines grosses dates sont le 19 juillet au cabaret Frappé de Grenoble, gros plein air, tournée en Bretagne en novembre, pas mal de trucs qui se calent pour la rentrée, mais cet été c'est calme donc peut être pas la peine d'en parler :)

Que souhaitez-vous dire pour conclure ?
Merci !

Merci à Holy Bones d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

Holy Bones - "Losing It All" - (Official Video)

interview Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire