Publicité

Découvrez le clip d'Où es-tu de Faustine

Faustine, auteure, compositrice et interprète s'inscrit dans l'univers de la chanson française. Alors qu'elle sort son EP éponyme, le clip du titre Où es-tu ? est en cours de financement par les internautes.

Faustine

Est-il possible de revenir sur votre parcours en quelques mots ?
Je suis originaire de Nîmes. J'ai suivi une formation musicale au conservatoire de ma ville durant mon enfance et mon adolescence avant de prendre des cours particuliers de chant dans une école privée : Chorus.
Le bac en poche, j'ai décidé de partir à Paris pour suivre une formation pluridisciplinaire professionnelle de chant, de théâtre et de danse à L'Institut Supérieur des Arts de la Scène.
Par la suite, je suis rentrée au conservatoire d'art dramatique du 9ème arrondissement.
En parallèle de ces formations, j'ai souhaité commencer à chanter mes chansons dans des café-concerts, des salles parisiennes et nîmoises.
Ecrire des chansons, chanter, être sur scène... J'ai toujours su que je voulais faire de cette passion pour la musique ma vie.

Peut-on en savoir plus sur votre EP éponyme ?
Il y a quatre titres sur cet EP. Quatre titres qui je crois ont été écrits dans une même dynamique, un même élan. Il est un trait d'union entre la jeune femme que j'étais lorsque je suis arrivée à Paris il y a dix ans et celle que je suis aujourd'hui, tant sur le plan personnel que musical. Je me suis sentie à la croisée des chemins musicalement parlant, comme en transition, lors de l'élaboration de cet EP. Je souhaitais que les arrangements puissent être résolument modernes et j'ai donc utilisé des sons électroniques qui allaient me permettre de créer des ambiances, des tensions entre formation "classique" (violon, violoncelle, guitare acoustique) et sonorités résolument contemporaines que je découvre jour après jour grâce à d'autres artistes et avec lesquelles je grandis. Cette tension prend également forme dans cet EP à travers l'utilisation de la guitare, du violon et du violoncelle électriques sur deux des quatre morceaux.

Est-ce qu'il y a une part de votre personnalité dans cet EP ?
Cet EP est une photo, un instantané dans lequel se cache des rencontres, des espoirs, des désillusions, des songes... Aventures inspirées par l'observation du monde qui m'entoure et par des sentiments intimes qui m'ont traversée ces dernières années.

Pouvez-vous nous présenter le titre Où es-tu ?
Où es-tu? est une chanson qui parle de l'enfance et plus précisément, de la brûlure douce, vive et magique, qu'elle m'a laissée. Il me semble qu'en devenant adulte, on sort de sa bulle de confort (même si tout n'est pas rose quand on est petit évidemment !), on se confronte au monde, à sa violence, à la brutalité du réel. Il est parfois difficile de garder le moral et de continuer à avancer avec la même niaque. Où es-tu ?, c'est donc l'histoire d'une jeune femme à la recherche de la petite fille qu'elle était quelques années auparavant. A la recherche de sa joie et de sa fureur de vivre.

Vous préparez actuellement son clip, comment le voyez-vous ? Pourquoi le tourner dans une garrigue ?
Théâtre des jeux de mon enfance, de l'enfance des "petits d'aujourd'hui" présents dans mon entourage, la campagne gardoise, appelée aussi "garrigue" m'est apparue idéale pour mettre en image et en lumière le propos de la chanson. J'ai vraiment très envie de tourner en plein air, dans la nature et si possible, sous un immense soleil. Ce soleil massif et puissant du sud de la France que j'affectionne tant.
Concernant le scénario, je souhaite le garder secret !

Pour le tournage, vous réalisez un financement participatif. En quoi cela va-il vous aider ?
J'ai réalisé mes deux premiers clip ainsi que deux EP en totale auto-production, avec mes petites économies, mais j'avoue que là... Mes finances coinçaient sérieusement. Mon entourage m'a alors conseillé de lancer un financement participatif sur le site ullule et après quelques hésitations, je me suis lancée !
Ce financement participatif me permettra ainsi de payer l'équipe du tournage, d'élaborer les décors, d'acheter les costumes et les accessoires. Je me servirai également de cette cagnotte pour défrayer l'équipe, pour numériser de vieilles cassettes vidéos (souvenirs d'enfance) dont des extraits seront présents dans le clip et enfin, cet argent me permettra aussi de diffuser largement l'objet fini sur les réseaux sociaux grâce au sponsoring !

Pourquoi financer un clip et pas entièrement l'EP, comme beaucoup d'artistes le font ?
Je pense qu'au moment de l'enregistrement de l'EP, je ne me sentais pas encore prête à lancer de financement participatif. J'avais peur d'avoir l'air de "quémander"... La démarche ne m'était pas aisée et même si elle n'est toujours pas évidente pour moi aujourd'hui, j'ai fait du chemin grâce aux copains et à ma famille qui m'ont dit que ce genre de dispositif était quand plutôt bien vu par les gens !

Vous pouvez participer au financement du clip Où es tu de Faustine sur Ulule.

 

Sur un plan plus personnel, comment ressentez-vous la musique ?
Je trouve que la musique exacerbe les émotions. Si je suis triste et que j'écoute la chanson Attendez que ma joie revienne de Barbara par exemple, ses mots, la mélodie, sa voix, vont me plonger au coeur même de ma tristesse et vont peut-être même la sublimer ! Le pouvoir de la musique est très puissant !
J'aime qu'elle accompagne ma vie, les événements qui la composent, mes humeurs et émotions.

Parlez nous du titre Je ne te dirai pas et de l'ambiance du clip...
Le titre Je ne te dirai pas raconte un jeu de désir et la fin d'une attente.
Dans le clip, on suit une jeune femme dans une sorte de scénario imaginé, rêvé et qu'elle redoute peut-être.
Elle se perd dans les méandres de ses désirs, de sa tristesse.
J'avais envie que l'on voit des corps qui s'aiment, qui se repoussent, qui se pétrissent et se désirent. Des bouches qui s'embrassent, des corps qui dansent. Je trouve que le langage du corps, ce qu'il raconte, ce qu'il suggère d'un individu est mystérieux et fascinant.

Quel est votre meilleur souvenir de scène ?
Un de mes meilleurs souvenirs de scène est le concert que j'ai donné à La Boule Noire en première partie du groupe "L'homme parle". J'ai eu l'impression d'être en transe pendant cette demie-heure de représentation, j'étais survoltée et je me régalais ! Lorsque je suis sortie de scène, je pleurais, je riais, j'étais complètement sonnée ! Cette euphorie bizarre a duré pendant plusieurs minutes et était très agréable !

S'il y avait un endroit insolite où vous pourriez vous produire, quel serait-il ?
Sans hésitation, je rêverais de me produire aux Arènes de Nîmes. Jouer dans un tel endroit doit être fabuleux !

En attendant, on vous retrouvera au China le 8 mars 2017 pour la sortie de votre EP. Qu'attendez-vous de cette soirée où vous rencontrerez vos fans ?
C'est une soirée qui représente beaucoup pour moi car j'y présenterai mon nouvel EP, des chansons plus anciennes remises au goût du jour. C'est beaucoup de bonheur, de stress et j'ai hâte de partager ces titres avec le public !
L'enjeu pour moi en amont de ce concert est de réunir les gens qui me connaissent et me suivent déjà et de me faire connaître auprès d'un public plus large, moins évident. J'ai également envoyé de nombreuses invitations à des professionnels (manageurs, tourneurs etc...) et j'espère ainsi que certains se déplaceront pour m'écouter.

Vous êtes fan de Julien Doré... au point d'en faire des clips, c'est plutôt insolite. Pourquoi ?
Je ne dirais pas que je suis fan de Julien Doré ; d'ailleurs, je n'aime pas trop ce mot, il sous-entend je trouve une adoration, une sorte de dévotion assez effrayante ! J'apprécie simplement sa musique, son univers et j'ai écrit un duo que j'aimerais beaucoup chanter avec lui. J'ai alors eu l'idée de l'interpeller en faisant cette vidéo que j'espère rigolote. Le titre s'appelle Chouchou beignets et on a tourné avec les moyens du bord sur la plage du Gros-du-Roi. Nous sommes tous les deux originaires du sud de la France (Nîmes et ses alentours) et je crois que cet élément m'a aussi poussé à lui faire signe! Il ne m'a pas contacté mais je n'ai pas dit mon dernier mot !

Où souhaitez-vous aller dans vos projets ?
Dans un premier temps, j'aimerais partir sur les routes avec ce nouvel EP et jouer un peu partout cet été. Ce serait fabuleux d'aller à la rencontre d'un nouveau public, dans des régions que je ne connais pas. Oui, chanter beaucoup, partout, tout le temps... le voilà mon rêve !
Dans un second temps, j'aimerais faire un album. Mais cela nécessite pas mal de moyens financiers et je vais donc pour l'instant poursuive mon chemin, m'accrocher, pour peut-être un jour être repérée et produite !
Je suis également comédienne alors j'espère pouvoir continuer ces deux activités sans que cela ne soit trop compliqué.

Merci à Faustine d'avoir répondu à notre interview !
Suivez son actualité sur Facebook.

Maxime Lopes sur Google+

Musique interview

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire