Publicité

Chante la vie chante en hommage à Michel Fugain disponible !

L'album Chante La Vie Chante est maintenant disponible.

Alors que le clip du 1er single Chante par Kids United approche déjà du million de vues, et que le second single Une Belle Histoire vient d’être présenté, je t’invite aujourd’hui à découvrir les coulisses de l’enregistrement de l’album

Au programme, des images inédites de studio, ainsi que les confidences de Claudio Capéo, Patrick Fiori, Corneille, Ben L’Oncle Soul, Slimane, Chimène Badi, Arcadian, Florent Mothe, Olivier Dion.

Chante la vie chante (Love Michel Fugain) : les coulisses de l'enregistrement

Avant que se construise Chante la vie chante, cela faisait longtemps que beaucoup de ses chansons étaient passées de voix en voix.  Il y avait beaucoup de candidats pour le partage de ses chansons et Michel Fugain n’a pas suggéré plus de deux ou trois noms. En rencontrant les uns et les autres, il a été heureux de voir des artistes « enthousiastes,  émus,  respectueux ».

Il y a tout juste cinquante ans, il avait enregistré Je n’aurai pas le temps,  ici repris par Claudio Capéo avec une belle énergie blues. Il n’aurait pas imaginé alors assister à ce retournement du sablier, à cette réappropriation de son répertoire par des artistes qui l’ont découvert au hasard de leurs chemins  – l’école, la nostalgie télévisée, les compilations, les conseils de copains,  la radio de l’été, les disques de papa et maman, les promenades sur le net...

Aujourd’hui se ré-envolent Forteresse, Attention mesdames et messieurs,  Fais comme l’oiseau, Jusqu’à demain peut-être…  Et Michel Fugain avoue : « J’aime l’idée que les artistes de ma génération fassent partie des racines d’une nouvelle génération,  comme d’autres avant moi avaient fixé une éthique à laquelle je me suis tenu dès mes débuts.  » Alors on ne s’étonnera pas qu’Arcadian reprenne l’hymne La fête  du Big Bazar, dans une belle parenté d’amoureux du chant partagé mais avec les couleurs pop d’aujourd’hui...

Michel Fugain aime cette transmission,  ce moment où « l’homme passe la chanson à d’autres hommes »,  en laissant derrière lui autre chose que lui-même,  ses petits soucis et ses fugaces urgences. « Quand je chante Je n’aurai pas le temps,  ce n’est pas moi seul,  c’est tout le monde.  La première personne dans mes chansons est universelle. Et l’important c’est ce que disent les chansons.  Elles disent l’humeur d’un moment – mais pas seulement de ce moment-là,  et c’est pourquoi,  à chaque génération, les artistes sont indispensables à une société. »

Lui-même a été un chanteur à l’âme poétique et aux bras largement étendus,  avant d’assembler autour de lui le Big Bazar,  utopie en actes qui, de 1972 et 1976, va faire chanter et rêver la France.  Puis il créa la Compagnie avant de repartir en solo – tubes énormes, parenthèses discrètes,  chansons impérissables,  expériences variées… Il sait bien ce qui crée à jamais le lien entre une chanson et la mémoire collective : « Le vecteur de la popularité, c’est la mélodie.  Mais le chanteur raconte les chansons… »

Doit-on s’étonner que  Chante la vie chante  confi rme combien les chansons de Michel Fugain sont habitées ? Elles sont tellement bien ancrées  dans leur époque qu’elles parlent à la nôtre  – amoureuses, intemporelles, humanistes. Et surtout heureuses, parce que le bonheur est toujours une urgence.

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire