Publicité

Caesaria présente l'EP Come on & dance

Caesaria est un groupe de dance/pop/rock mêlant les riffs puissants du rock anglo-saxon au rythme de la musique électronique. Tout en empruntant les mélodies entraînantes et les harmonies vocales de la pop, Caesaria y intègre des bridges de funk aux motifs syncopés qui vous feront taper du pied.
Leur dernier EP 2 titres Come On & Dance est la confirmation de cette énergie tout droit sortie de la nouvelle vague du rock anglais à laquelle s’associe l’alliance électro-pop entremêlant funk et dance à la Rapture.

Caesaria

Pouvez-vous nous présenter le groupe et comment s'est-il formé ?
Nous sommes 3 amis depuis l'enfance (Louis, Thomas et Théo), et nous voulions monter un groupe. Puis nous sommes partis tous les 3 faire nos études sur Strasbourg, et c'est à ce moment-là que nous avons rencontré Cédric (le batteur) durant nos études et que le projet CAESARIA a commencé.

D'où vient le nom Caesaria ?
CAESARIA vient du latin, il s'agit du féminin de CAESAR, qui veut dire la "femme de Cesar".
Il vient d'une envie de représenter notre musique par une muse, une égérie féminine.

Parlez nous de votre univers musical...
Notre univers musical est a mi-chemin entre le rock et l'électro. Nous voulons faire danser les gens sur de la musique rock tout en reprenant les codes de l'electro c'est-à-dire des mélodies entêtantes de club. On aime mélanger le côté énergique et organique du rock avec une batterie et des guitares et le côté numérique, électronique des PADs, claviers, boucles...

Peut-on en savoir plus sur l'EP Come on & dance ?
C'est une invitation à danser. Comme nous l'avons évoqué plus tôt, nous aimons créer des sons pour faire bouger les corps. La chanson Come on & Dance est une sorte de l'hymne à la danse ! On a ensuite voulu créer une chanson inspirée de la house berlinoise : obligé de danser !

Seulement 2 titres : c'est une façon de recueillir l'avis des gens et de proposer des sons plus régulièrement ?
Le 2 titres correspondent à l'EP digital.
L'EP physique sortira mi-septembre et lui contiendra plus de titres. Cela permet d'avoir en effet une meilleure dynamique sur la sortie de nos sons et également de faire la promotion de nos clips. En effet, nous avions pour envie de sortir un clip par son, car nous apprécions accompagner nos titres d'un univers visuel, d'une histoire etc...

Parlez nous du clip Take it out on me : quels ont été vos choix de tournage et pourquoi le mix écrans / incendie ?
Le clip a été pensé dans l'optique de montrer un pompier désarçonné par un incendie. Le mannequin qui apparaît dans le clip est l’instigateur de cet incendie car il était important pour nous de représenter le feu par un symbole, ici le mannequin. Enfin, nous voulions un clip assez sombre dans sa globalité pour mettre en valeur le feu qui, de par sa chaleur, éclaire les coins d’ombre. Le feu devenant alors l’unique source de lumière, qui paradoxalement détruit mais qui permet aussi de mieux voir le clip. Nous voulions en effet appuyer la vidéo sur ce paradoxe !

Vous avez apprécié le Festival international de musique universitaire de Belfort. Faites nous entrer dans les coulisses et comment vous ont accueilli les étudiants ?
Tout simplement une super expérience !
Pour commencer, on jouait à la maison, il y avait beaucoup de monde et une ambiance inégalable ! On a été accueilli par une super équipe, avec uniquement des jeunes de Belfort, qui nous ont accompagnés tout au long du festival, de l'entrée jusqu'à la montée sur scène. La régie technique a vraiment été à l'écoute, le son de scène et de façade était au rendez vous, un vrai kiff ! Et puis des scènes installées aux quatre coins de la ville, dans des endroits que l'on fréquente régulièrement c'est aussi hyper kiffant.
Un festival à faire et refaire !

D'autres concerts sont-ils prévus ?
Nous avons plusieurs concerts cet été dont des festivals, notamment les Eurockéennes de Belfort sur la scène du Conseil Départemental, le Festival Saint Rock du côté de Lyon, etc...
Nous avons également notre Release Party pour la sortie de notre EP physique à la rentrée le 15 septembre au Bus Palladium à Paris.

En appréciant la musique anglo-saxonne, ça vous dirait de donner un concert outre Manche ?
Ça serait un vrai kiff ! La plupart de nos influences viennent de l'outre manche ! D'autant plus qu'un bon nombre radios anglaises nous jouent, ça serait donc une belle opportunité de confirmer ça sur du live !

Vous avez remporté le tremplin RTL 2 en 2015, quel souvenir en gardez-vous ?
C'était une bonne date !
On a joué à l'Axone de Montbéliard, une belle salle, avec des groupes très talentueux de la région. Et puis être jugé par un jury professionnel c'est toujours une bonne expérience.
Enfin, on est évidemment très heureux d'avoir remporté ce tremplin : ça récompense notre travail et nous donne l'envie de continuer et d'avancer !

Que souhaitez-vous dire pour terminer ?
Un grand merci pour cette interview et on vous donne rendez vous le 15 septembre au Bus Palladium à Paris pour venir danser avec nous !  

Merci à Caesaria d'avoir répondu à notre interview !
Retrouvez les également sur Facebook.

A propos de Caesaria

Sortie numérique en juin, sortie physique à la rentrée, accompagné par un clip. A noter parmi les dates à venir du groupe, le 8 juillet aux Eurockéennes (concert sur l'espace du Conseil Général du Territoire de Belfort), le 15 septembre 2017 à Paris au Bus Palladium.

Caesaria est le nom d’un groupe pop qui emprunte autant au rock qu’à la dance.
Mêlant avec subtilité les riffs de guitare puissants tirés du rock anglo-saxon aux rythmes percutants de la musique électronique, leurs mélodies sont entraînantes et les harmonies vocales de véritables petits bijoux pop. Reste aux quatre amis à intégrer des bribes de funk aux motifs syncopés, et vous voilà à taper du pied et à désaxer vos hanches.

CAESARIA dévoile un troisième EP où les étiquettes se mélangent et se confondent dans une invitation à danser. Véritable ouverture à leur univers Come On & Dance s'impose dans nos cœurs et nous emporte avec ses soubresauts hypnotiques et un rap planant de Sheridan, rappeur irlandais.

Maxime Lopes sur Google+

interview Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire