Publicité

Aysat à Destination Eurovision avec Comme une grande

Début 2018, nous vous présentions Aysat avec son titre Ailleurs. En ce début d’année 2019, cette jeune auteure, compositrice et interprète annonce sa participation à l’émission Destination Eurovision où elle présentera le titre Comme une grande.

Aysat

Son kif, c’est l’urgence. Sa raison d’être, le combat. « Je ne fais jamais de pause. C’est dans les fights du quotidien que je m’épanouis. » Aysat est une battante qui ne renonce jamais. Souriante et pétrie d’humour, elle injecte dans ses « chansons urbaines » une bonne dose de réalisme que sa plume de conteuse transforme en mélodramatiques et grinçantes saynètes. Elle y parle de la vraie vie des jeunes Français d’aujourd’hui, la sienne, en l’occurrence, tout comme elle imaginait déjà, à six ans, des textes où elle racontait l’école, les amis, les profs. Chez elle, « la Caf » rime avec « diplômée mais sans taf », Cupidon lui en fait voir « des vertes et des périmées », et elle regrette que « l’ambition ne soit pas transmissible » à une « sœur » embringuée dans l’aventure douteuse de la radicalisation.

Pourtant, rien de misérabiliste ni de déprimant, au contraire, dans ces images fortes en gueule et ce flow abrasif qui débordent de joie de vivre. Et encore moins dans sa voix, chaleureuse et modulée, ou dans sa musique, mix ultra vitaminé et hyper dansant de toutes ses influences : le mbalax sénégalais avec ses rythmiques accélérées et ses chanteurs déchaînés, l’électro via des synthés lustrés et clinquants façon Stromae, le hip hop, le reggae et la chanson française. Avec Aysat, qui écrit et compose, produit et réalise avec son comparse, le beatmaker Moz, faut que ca pulse, faut que ça cogne, faut que ça claque.
Pas de temps mort, comme en danse, hip hop et contemporaine, que cette athlète a pratiquée à l’adolescence en semi-professionnelle.

Inclassable, sa musique dessine les divers territoires apprivoisés par cet électron libre, qui se sent malgré tout souvent « le cul entre deux chaises. »

Parce qu’ici, elle est « d’ailleurs » et ailleurs, elle est « d’ici », elle se sent parfois bobo à Mantes la Jolie, où elle est née, de parents mauritaniens et sénégalais, dans une famille de dix enfants, et ghetto dans le quartier du Canal Saint Martin, où elle vit désormais. « Dans ma tête, c’est un petit bazar », dit-elle, tout en refusant de faire le tri entre ces différentes options. Pas facile de jouer les éclaireurs, d’être la première de sa lignée à s’affranchir des codes. De refuser la voie toute tracée d’un métier « noble » de scientifique ou de médecin pour vivre, comme une saltimbanque, de ses rimes.

Girl power par désir de venger sa mère, femme au foyer frustrée de ne jamais avoir travaillé, Aysat a pourtant réussi à s’imposer, haut la main, dans le milieu des auteurs-compositeurs-producteurs, plutôt masculin. D’abord en signant, dès l’âge de dix-huit ans, un contrat d’artiste avec une maison de disques. Puis en concoctant pour les autres des tubes sur mesure, avant de créer, avec Moz, son propre label. Avec ce premier EP, irrésistible d’énergie brusque, d’authenticité et de vitalité, elle fait mieux, elle trouve enfin sa voie.

Car, comme elle le chante sur un titre : « Je viens de tout en bas, je ne regrette pas/ Et si je m’y plais / c’est bien là-haut que je vais ».
Elle y va.

Interview avec Aysat

Pouvez-vous nous présenter votre titre Comme une grande et revenir sur sa préparation ?
Comme Une Grande c’est un peu le titre qui retrace mon parcours et ce pourquoi je me bas au quotidien depuis toute petite, à savoir, abolir les inégalités qui persistent entre l’homme et la femme.
C’est une chanson entraînante alors je tiens à ce que le visuel le soit tout autant !

Vous comptez défendre les couleurs de la France avec ce titre en passant les sélections pour l'Eurovision. Comment abordez-vous l'étape de Destination Eurovision et dans quel état vous sentez-vous face au concours européen ?
Je crois que de voir d’autres personnes sortir du concours samedi dernier m’a fait réaliser qu’on est vraiment en compétition. Désormais, je vais tenter de laisser place au mental de guerrière qui sommeille en moi pour aller le plus loin possible !

Vous êtes une battante, selon vous arrivera-on enfin à conjurer le sort pour gagner l'Eurovision en mai prochain et démontrer grâce à votre parcours personnel que l'on peut y arriver ?
L’Eurovision a évolué en même temps que les exigences du public en terme de son, lyrics ou encore de message. Je pense que nous avons toutes nos chances pour y arriver.

Avez-vous d'autres projets prévus pour 2019 ?
Ouiii, la sortie de mon EP très très bientôt ;)

Pour terminer, quel serait votre voeux pour cette nouvelle année ?
Je souhaite que tout le monde puisse réaliser ses rêves !

Merci à Aysat d'avoir répondu à nos questions !
Retrouvez la également sur Facebook.

Musique interview Eurovision

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire