Publicité

Ayelya : le clip de Je fais

De l’ombre à la lumière
Mehr licht ! (plus de lumière !)
La lumière... C’est ce que vient chercher Ayelya en scandant son « Je vais, je vais… ennemi du je fais » dans son premier single Je fais. Ce qu’elle veut être son hymne contre la procrastination, est le premier titre qu’elle nous livre en son nom, comme le récit d’un réveil, après de longues années d’hibernations.

Ayelya

Les mots sont son premier amour

Années 90, le rap est aux poètes et la petite Ayé grandit bercée entre les airs de rhumba congolaise qu’écoutait son père et les mixtapes hip hop de son frère.
Autodidacte, c’est sur les tubes R'n'b US de l’époque qu’elle se fait les cordes vocales ; et en français sur les refrains des chanteuses en featuring comme K-reen, Wallen ou Kayna Samet.
Quelques années d’errance sur les bancs de la fac, des chorales gospel, et un passage dans l'émission The Voice plus tard, lui permettent de finalement vivre de sa passion, mais pas de son art.

Véritable hyperactive, elle sort des projets avec Funkable mais aussi avec le groupe lyonnais Supa Dupa. Elle se cache derrière la langue de Shakespeare comme elle se cache derrière les artistes invités du Mouv Live Show ou encore aux côtés de Youssoupha en tant que choriste et backeuse.

Jusqu’à la rencontre avec Clyde

A la Prod, pianiste jazz de formation et véritable touche à tout c’est lui qui assure ses arrières, aussi bien en studio à la composition, que sur scène à la direction musicale, où il a déjà fait ses preuves, notamment auprès d’artistes comme MHD.

Aujourd’hui sa singularité d'"Originale femelle ébène" comme une force, Ayelya se veut porteuse d’un message d’honnêteté et d’acceptation dans un mode où le faux domine et réussit à paralyser jusqu’aux esprits les plus libres.

Pour un rap éclairé, pas conscient, parce qu’elle veut "vivre le changement".

Son premier EP sort en février 2020.

Je Fais - AYELYA

Je Fais - AYELYA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

ONDAI
  • 1. ONDAI | dimanche, 06 octobre 2019
Bravo et merci à Ayelya

Ajouter un commentaire