Publicité

Au clair de la rue : la chorale des SDF

A Nantes, la chorale Au clair de la rue est différente des autres. Elle nous permet d'écouter les sans voix, les sans abris. En novembre, ils chantaient devant le pape au Vatican à l'occasion du festival européen de la joie et de la miséricorde.

Tous n'ont pas forcémment l'oreille musicale, mais ils chantent tous, solidaires et têtes hautes.

Avec la chorale Au claire de la rue rien ne se fait dans les règles. Même en enregistrant un CD on peut tousser, compter les temps à voix haute, peu importe. L'essentiel n'est pas dans la performance. Cette chorale rassemble des personnes dans une grande précarité et quelques bénévoles. Certains choristes ont vécu ou vivent encore dans la rue.

Par exemple Yves campe au bord de la Loire, dans un étrange champ de camion. Alors que Yannick Jolivet, cofondateur de la chorale, lui rend visite avec les équipes d'Arte ; il indique qu'il habite à l'arrière d'un camion depuis 4 ans. Auparavant Yves était un appartement.
Ils rencontrent également un nouveau sans domicile fixe qui s'est installé là depuis peu. Il est alors invité à rejoindre la chorale.

Créée en 2008 pour accompagner l'enterrement de SDF morts dans la rue ; cette chorale est devenue une famille, une tribu où l'on vient reprendre des forces.
L'un des membre témoigne et indique qu'il repart gonflé à boc pour la semaine, évitant l'utilisation d'anti dépresseurs. Cela permet de passer le temps. Les membres partagent leurs galères quotidiennes (se nourrir, rester digne...) entre 2 chansons. Cela leur permet de garder espoir et de se battre.

Alors qu'ils chantent sur des textes de Charles Aznavour ou Renaud, le CD ne sera pas mis en vente. Comme une référence de chansons pour les autres chorales de rue qu'ils aimeraient voir se multiplier en France.

Maxime Lopes sur Google+

Musique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire