Publicité

Snarky Puppy à l'Olympia

Snarky Puppy en tournée : 1ère partie Becca Stevens
à l'Olympia le 18 mai 2017

Snarky Puppy arrive en France au mois de mai pour une tournée exceptionnelle qui passera le jeudi 18 mai 2017 à l'Olympia. Né sur les bancs de l'université North Texas et mené par le bassiste Michael League, Snarky Puppy est un collectif américain à l’enthousiasme contagieux. Le noyau dur de 7 musiciens se voit grandir jusqu’à parfois 25 membres au service du groove, du jazz et du funk. Non content de jouer avec les géants de la scène actuelle, ce qui leur forge une belle renommée, le groupe arrive toujours à produire des enregistrements à couper le souffle. Les mélodies implacables, les harmonies luxuriantes, les improvisations inspirées rassemblent les mélomanes de tous âges. Véritable centrifugeuse, Snarky Puppy renverse tout sur son passage… torride !

Les lignes de basses de Michael League s’entrelacent avec les cuivres avec une précision et une fluidité digne des grands maîtres du Jazz et du Funk.  Ils débarquent comme un gang et électrisent leur public. Pas le temps de respirer, ils enchaînent morceau sur morceau, enquillent les solos d'anthologie, déversent des tonnes d'énergie pure que le public transforme instantanément en ferveur et communion !

En pleine tournée mondiale, ils seront en France pour cinq dates exceptionnelles au mois de mai. Nous pourrons les entendre à Lille, au Rocher de Palmer, à Clermont Ferrand, à Lyon, et le 18 mai, à Paris à l'Olympia.

La première partie de la tournée est assurée par la chanteuse et multi-instrumentiste Becca Stevens. Lévitant entre des éléments de pop, d’indie-rock, de jazz ou de folklore traditionnel des Appalaches, Becca Stevens a été saluée aussi bien pour ses propres compositions que celles écrites pour d’autres artistes. Son album Regina la consacre comme l’une des chanteuses-compositrices les plus prometteuses de sa génération.  

  • 0 892 68 33 68

Billetterie

Concert

Olympia 28 Boulevard des Capucines, 75009 Paris France

Snarky Puppy en tournée européenne en mai 2017 et le jeudi 18 mai à l'Olympia

En l'espace de quelques années, le collectif Snarky Puppy basé à Brooklyn est devenue une des formations 'chouchou' des critiques et de plus en plus attendue par le public. Emmené par son leader Michael League, Snarky Puppy joue une musique tout à la fois novatrice et groove qui mêle jazz, funk, sonorités world, orchestrations symphoniques. Lors de leur tournée mondiale, ils seront en France pour cinq dates exceptionnelles.

Snarky Puppy a été créé en 2004 par le bassiste Michael League, et réunissait au départ une joyeuse bande d’amis de l’université de North Texas. Le groupe n’a cessé de croître depuis, et il est passé d’un secret "underground" à l’un des fers de lance de la musique instrumentale d’aujourd’hui.

Dirigé d’une main de maître par Michael League, qui est aussi le compositeur du groupe, Snarky Puppy offre du funk brut, des dynamiques sensibles, des mélodies implacables, des harmonies luxuriantes, et surtout un assemblage délicat de compositions et improvisations. Le mélange culturel à l’oeuvre au sein du groupe a naturellement instauré un certain équilibre entre les musiciens, ce qui attire logiquement un public hétérogène.

Les lignes de basses de Michael League s’entrelacent avec les cuivres avec une précision et une fluidité digne des grands maîtres du Jazz et du Funk. Le jeu de batterie de Robert "Sput" Searight est un condensé de prouesses techniques, toujours placées au bon endroit et au bon moment, et la guitare de Chris McQueen est sûre de séduire les auditeurs les plus aguerris.

En fin de compte, Snarky Puppy est un nouveau modèle pour artistes indépendants dans une industrie musicale plus rude que jamais. Le chiot narquois (traduction française du nom) donne plus l’impression d’un cerbère à trois têtes : c’est d’abord un ensemble original.

Ensuite, c’est une équipe de production flexible ainsi qu’un groupe de session pour artistes individuels. Enfin, c’est un rassemblement de musiciens enthousiastes, dédiés à l’éducation musicale et au rapprochement des communautés. Le groupe a toujours considéré la performance "live" comme son principal moyen d’expression. A ne pas rater lors de la tournée française !  

Les dates de la tournée 2017

16 mai : Becca Stevens / Snarky Puppy à Lille / Aéronef
17 mai : Becca Stevens / Snarky Puppy au Rocher de Palmer
18 mai : Becca Stevens / Snarky Puppy à l'Olympia
19 mai : Becca Stevens / Snarky Puppy à la Coopérative / Clermont Ferrand
20 mai : Becca Stevens / Snarky Puppy à Lyon / amphithéâtre 3000

Considéré par le magazine Rolling Stone comme l’un des groupes « les plus excitants de la scène instrumentale actuelle », Snarky Puppy (littéralement chiot narquois) n’en finit pas de faire le buzz ! Ce collectif à géométrie variable, emmené par son bassiste Michael League (aussi compositeur et producteur), distille un groove incendiaire à grands renforts de mélodies implacables, d’harmonies luxuriantes et d’improvisations torrides. En quelque dix ans, Snarky Puppy peut se targuer d’avoir sorti pas moins de 11 albums, dont le dernier-né Culcha Vulcha en avril 2016. Ils sont en concert en France au printemps 2017.

C'est sous l’appellation The Farm que cet orchestre grand format (jusqu’à 40 musiciens) démarre sa prolifique carrière, en 2004, du côté de Denton (Texas) avant de se rebaptiser Snarky Puppy et de sortir son premier album The Only Constant en 2006. Dorénavant basé à Brooklyn et formé d’un noyau dur de sept membres, Snarky Puppy est passé maitre dans l’art de mélanger et d’exploser les styles entre fusion jazz, funk, prog-rock et musiques du monde pour donner corps à une musique instrumentale dangereusement contagieuse, qui engendre, surtout en concert, une indicible envie de bouger, sauter et crier.

La centrifugeuse Snarky Puppy

Leur force ? Ce sont tous d’excellents musiciens qui peuvent jouer, d’un morceau à l’autre, de plusieurs d’instruments (guitares, cuivres, percussions…). Autre singularité, Snarky Puppy invite volontiers, sur ses albums, solistes et vocalistes de tous bords : Erykah Badu, Snoop Dogg, Marcus Miller... - excusez du peu - ont ainsi apporté leur contribution. La formation protéiforme, qui peut compter jusqu’à 25 musiciens, tel l’excellent pianiste-organiste Cory Henry, enchaîne sans relâche, depuis dix ans, enregistrements (en moyenne un album par an) et concerts (plus de 1200 performances scéniques à son actif). A noter, leur Grammy Award en 2014 avec Lalah Hathaway pour la reprise Something de Brenda Russell. Toujours plus fort, Snarky Puppy a même accéléré le mouvement en 2016, sortant en sept mois rien moins que deux albums : Family Dinner Volume Two (février 2016) propose quelques superbes featurings avec des invités, tandis que Culcha Vulcha, enregistré en studio à Tortillo à la frontière mexicaine, est un 9-titres plus électrique et cross-over que jamais.

Bêtes de scène

Tout aussi explosifs en concert, les Américains - souvent en formation à douze sur scène (3 guitares, 3 claviers, 3 cuivres, basse et batterie) - chauffent à bloc n’importe quel public avec un riche répertoire qui navigue en eaux troubles du lyrique à la funk, en passant par le jazz instrumental, la soul, le R’n’B, la bossa-nova ou l’afro-blues. Le public, de tous âges, néophyte ou connaisseur, chante à gorges déployés et en redemande, totalement subjugué par cette explosion de sons et rythmes et une énergie presque punk-rock par moments.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Pour rester informé de l'actualité de Divertir ; abonnez-vous !

Newsletter

Facebook