Publicité

Manu Lanvin & The Devil Blues - New Morning

Avec trois premiers albums dans lesquels il mettait surtout l'accent sur la chanson Rock, Manu Lanvin a finalement trouvé sa voie la plus naturelle, celle d'un Blues qui lui colle à la peau, un peu comme un costume qui aurait été taillé sur mesure pour lui. C'est incontestablement la collaboration avec le célèbre texan Calvin Russell pour lequel il co-écrit, produit et réalise en 2009 l'album testament Dawg Eat Dawg qui aura été le déclencheur de cette nouvelle orientation et il faut bien reconnaître que le virage à angle droit pris à l'époque était judicieux puisque depuis son album Mauvais Casting en 2012, les événements s'enchaînent à un rythme effréné pour notre Bluesman National.

Cent vingt dates en 2013 avec des scènes prestigieuses en Europe comme aux Etats-Unis (L'Olympia, L'Apollo Theater, le Montreux Jazz Festival, le Cahors Blues Festival, etc...), une invitation conjointe de Claude Nobs et de Quincy Jones à venir se produire à New York lors des galas de la Jazz Foundation of America, une sélection pour représenter la France à Memphis lors de l'International Blues Challenge en 2014 et finalement le Prix Cognac Passions obtenu en juillet 2015. Il faut bien admettre que les choses n'ont pas traîné pour le chanteur à la voix délicieusement éraillée et à la guitare pleine de vigueur et de fougue. Ce génial « Son Of The Blues » garde aujourd'hui en lui une bonne partie de l'héritage du Sud des États-Unis en général et de la Highway 61 en particulier.

Salué par ses pairs, acclamé par un public de plus en plus nombreux aux concerts du « Diable », Manu Lanvin et son power trio le Devil Blues délivrent aujourd'hui un nouvel album, Blues, Booze & Rock ‘N' Roll encore plus Rock, plus fuzzy que ses prédécesseurs. Entouré de Jimmy Montout à la batterie et de Fred Lerussi à la basse, Manu s'offre également quelques invités tels que Mike Lattrell aux orgues, Bako Mikaelian aux harmonicas pour donner des touches de couleurs volontairement différentes aux chansons. Trois titres co-écrits avec Neal Black, sept de plus en collaboration avec son fidèle ami Ezra Brass, c'est finalement un recueil de douze pièces originales que nous dévoile Manu, des titres qui se teintent non pas du Blues mais bel et bien de tous les Blues, de celui du Texas à celui de Chicago en passant par ceux du Mississippi ou encore de la West Coast.

Depuis les premiers riffs très hypnotiques de « Six Blind White Horses » jusqu'aux relents Blues-Rock de l'épatant « Under The Waves », on en passe par des « Soul Revolution » et des « She's Da Bomb » baignés de piano et d'un mélange inspiré de Memphis et de Chicago, par le magique Delta Blues acoustique guitare/voix comme « R U there ? » par le superbement saturé hommage à « J.J. Cale On The Radio », par un « Papa's Got A Reefer » intelligemment imprégné des saveurs rapportées de New Orleans et par un lot nourri de titres posés quelque part à la frontière entre le Blues, le Rock et le Boogie comme l'optimiste et universel « Raise Your Hands For Peace ». Quant au très tubesque « Blues, Booze & Rock ‘N' Roll », il pourrait très vite devenir l'hymne de toute une famille Blues Rock qui accueille aujourd'hui Manu comme l'un de ses meilleurs représentants.

Enregistré et produit par Nikko Bonnière, entre Marrakech et Paris, mixé par le british Clive Martin à Paris et masterisé par Brian Lucey à Los Angeles, Blues, Booze & Rock ‘N' Roll se veut à la fois un portrait sans fioriture d'un artiste à deux facettes, celle d'un Bluesman désabusé qui chante les coups bas de la vie, mais aussi et surtout celle d'un rocker optimiste qui prône la musique du diable pour un monde meilleur.

Concert

New Morning 7 - 9 rue des petites écuries, 75010 Paris France

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Pour rester informé de l'actualité de Divertir ; abonnez-vous !

Newsletter

Facebook