Publicité

Béjart Ballet Lausanne : Le Presbytère - Palais des Sports

Béjart Ballet Lausanne
présente Le Presbytère
au Palais des Sports de Paris le 31 octobre et 1, 2, 3 novembre 2019

Cinq ans après sa tournée française, Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat de Maurice Béjart investit le Palais des Sports à Paris ! Sur la musique de Queen et de Mozart, le Béjart Ballet Lausanne revient pour quatre dates inédites.

Maurice Béjart a su marquer son temps, son art, et restera dans les mémoires pour cela. Certains de ses danseurs, comme Jorge Donn, argentin décédé du sida en 1992, ont eux aussi marqué leur profession. Freddie Mercury, éternel chanteur et figure du groupe Queen, fait partie de ces grands hommes pour qui un spectacle hommage n’est pas de trop. Dans Le Presbytère, les quelques 40 danseurs de la compagnie du Béjart Ballet Lausanne, aujourd’hui dirigé par Gil Roman, dansent à la fois sur du Queen et sur du Mozart. Et c’est d’une très grande beauté.

Bejart Ballet Lausanne - le Presbytere

A ne pas rater les 31 octobre et 1,2,3 novembre prochains au Palais des Sports pour quatre représentations exceptionnelles.

  • 0 825 038 039

Billetterie

Danse

Palais des sports 34 Boulevard Victor, 75015 Paris France

Prochaines dates

“Coup de foudre pour la musique de Queen. Invention, violence, humour, amour, tout est là. Je les aime, ils m’inspirent, ils me guident et, de temps en temps dans ce no man’s land où nous irons tous un jour, Freddie Mercury, j’en suis sûr, se met au piano avec Mozart.
Un ballet sur la jeunesse et l’espoir puisque, indécrottable optimiste, je crois aussi malgré tout que the show must go on, comme le chante Queen.”  Maurice Béjart
 
Créé en 1997 au Théâtre national de Chaillot, à Paris, Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat, de Maurice Béjart, est un ballet-hommage au danseur emblématique de sa compagnie, Jorge Donn, et au chanteur Freddie Mercury, tous deux morts à 45 ans des suites du sida. En s’appuyant sur des airs de Mozart et sur les plus grands tubes du groupe Queen, le chorégraphe nous invite, en ces temps troublés et funestes, à une réflexion sur le désir et sur l’amour.
Toujours au répertoire de la troupe qui porte le nom de son illustre créateur, disparu en 2007, et qui est désormais sous la houlette de Gil Roman, cette super-production ne rassemble pas moins de trente-sept interprètes.

Jeudi 31 octobre 2019 à 20h30
Vendredi 1er novembre à 20h30
Samedi 2 novembre à 20h30
Dimanche 3 novembre à 15h30

LE PRESBYTÈRE | Béjart Ballet Lausanne [20sec]

"il y a un peu plus de trente ans, au milieu de la surprenante musique de Berlioz entrecoupée de bombardements et de bruits de mitrailleuses, un Frère Laurent peu conventionnel s’écriait devant Jorge Donn et hitomi Asakawa : “Faites l’amour, pas la guerre !”.
Aujourd’hui, Gil Roman, qui a à peu près l’âge de la création de mon Roméo et Juliette, entouré de danseurs qui n’ont jamais vu ce ballet répond : “Vous nous avez dit : faites l’amour, pas la guerre.
Nous avons fait l’amour, pourquoi l’amour nous fait-il la guerre ?”.

Cri d’angoisse d’une jeunesse pour laquelle le problème de la mort par l’amour s’ajoute  à celui des guerres multiples qui n’ont pas cessé dans le monde depuis la soi-disant FiN de la dernière guerre mondiale!

Mes ballets sont avant tout des rencontres : avec une musique, avec la vie, avec la mort, avec l’amour... avec des êtres dont le passé et l’œuvre se réincarnent en moi, de même que le danseur que je ne suis plus, se réincarne à chaque fois en des interprétes qui le dépassent.

Coup de foudre pour la musique de Queen. invention, violence, humour, amour, tout est là. Je les aime, ils m’inspirent, ils me guident et, de temps en temps dans ce no man’s land où nous irons tous un jour, Freddie Mercury, j’en suis sûr, se met au piano avec Mozart.
Un ballet sur la jeunesse et l’espoir puisque, indécrottable, optimiste, je crois aussi malgré tout que The show Must go on, comme le chante Queen."

Maurice Béjart

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire