Publicité

Alexis Michalik - Edmond - Bozar

J'ai depuis plusieurs années un rêve un peu fou : raconter au cinéma la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac en décembre 1897 à Paris.
En février 2013, je raconte mon rêve à Alain Goldman - producteur entre autres de « La Môme et « 1492, Christophe Colomb ». Je lui raconte que cette année 1897 est une jonction, c’est à la fois l'âge d'or du théâtre parisien et son chant du cygne car c'est à la même époque qu'apparaît le cinéma. Voilà ce que je veux raconter :  le plus grand triomphe théâtral français, le dernier aussi en quelque sorte. Un triomphe que personne ne voyait venir. Je développe pendant deux ans le scénario de cette grande fresque historique et parisienne. Mon Edmond devient un personnage, il rencontre Coquelin, Volny, Sarah Bernhardt et bien d'autres… Et soudain tout devient clair : Edmond doit d'abord être créé là où Cyrano a été créé il y a près de 120 ans : dans une salle de théâtre.
J'en parle à Sébastien Azzopardi qui m'ouvre les portes du théâtre du Palais-Royal dirigé par Francis Nani. Je leur annonce 12 acteurs, ils ne cillent pas. Un vrai théâtre de troupe à l'ancienne. Une entreprise périlleuse, une folie financière. Mais « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». On a beaucoup parlé de Cyrano. Cette fois-ci, le héros, c'est Rostand. Ou pour les intimes : Edmond.

Petite parenthèse, le rôle de Coquelin est joué par Jacques Bourgaux, un Belge. Fasciné par son voisin Eddy Merckx, très jeune il décide de devenir coureur cycliste. Mais il rate un virage et tombe dans une classe d’art dramatique d’où il ne se relève pas. Il y perd son bel accent bruxellois mais y gagne l’amour du théâtre. Après une formation au Royal Conservatoire de Bruxelles, puis au Centre d’Études Théâtrales de Louvain, il fait le Tour du Monde sur les planches. Il atterrit en 78 à Paris chez Jacques Lecoq. Là il reprend tout à zéro… et le voilà reparti sur les routes avec des créations personnelles : en duos clownesques avec Bernard Azimuth, puis en solo avec Don Quixotte il sillonne l’Europe, les États-Unis, la Corée, jouant en français, en anglais, en italien, en allemand. Après quelques séjours en Grande-Bretagne, il revient à Paris à l’Odéon dans Mesure pour Mesure avec Peter Zadek et Isabelle Huppert, puis à la Comédie Française. Entretemps il va jouer Shakespeare en Afrique avec Christophe Lidon, dans les Carpathes et aux 4 coins du monde, à Luxembourg il joue Ovide et Euripide. Entre deux classiques l’oiseau se pose à Paris : pour Benjamin Bellecour il joue Jean Martin, pour Salomé Lelouch il incarne Saul Weissmann, au Poche il joue les Contes d’Ionesco. Il fait plusieurs mises en scène de textes contemporains et c'est dans le costume Coquelin qu'on le retrouve à Bruxelles !

Récompensé par 2 Molières en 2014 et 5 Molières en 2017, Alexis Michalik est un ovni dans le monde du théâtre... Comédien, auteur, metteur en scène, il est avant un formidable conteur !
Il y a quelques mois, Boomerang a lancé Le Cycle Michalik qui a débuté avec Le porteur d'histoire et Le Cercle des Illusionnistes.

Billetterie

Théâtre

Bozar Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles Belgique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire